AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Intrigues & Event :

Intrigue N°3 :
Tournoi Inter-Maisons

Événement :
Match de quidditch Serdaigle/Serpentard
(25 janvier)
Janvier 1997:

7 janvier :
Rentrée et festin

10 au 18 janvier :
Tournoi Inter-Maisons




Années

❖ Nous manquons d'élèves pour les quatre premières années.

Pour retrouver l'effectif total des membres répartis
par années et maisons, rendez-vous ici !


Maisons

❖ Nous manquons de Serpentards et de Poufsouffles !
Venez repeupler les verts et les jaunes ! ;)

Merci de privilégier les Sangs mêlés ou Nés Moldus.
Les familles Sang-Pur inventées sont interdites.

Partagez|

What happened ? | Alekseï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: What happened ? | Alekseï Dim 16 Sep - 20:36


What happened ?
L'air renfrogné, tu marches au sein de cette foule qui t’oppresse, que tu déteste. Port altier, regard dépourvu de toutes émotions, casque sur les oreilles, tu tentes de ne pas devoir jouer des épaules pour franchir cet amas de sorcier dû à l'heure de la pause venant de sonner. Intérieurement, tu maudis cette heure tout autant que tu la bénis. Foule que tu te dois d'affronter afin de bénéficier d'un moment de solitude revigorant. Tu n'aime pas le monde, ou plutôt, tu n'aimes pas les espaces accaparé par trop de monde. Pas que tu sois agoraphobe, mais cela te bloquais, te débectais. Tu avais beau en avoir l'habitude, arpentant les couloirs de ce château depuis 7 ans maintenant, tu ne parvenais pas pour autant à mieux supporter cette concentration de jovialité, d'amitié et autres futilités du genre.

Tu ne daignes repasser par ta salle commune, peu désireuse de tomber sur quelques blaireaux ou serpents ayant envahis votre espace vital. Ton espace vital. Tu étais loin d'être ravis de cette cohabitation, bien au contraire même, mais pourtant, tu ne faisais pas d'esclandre ni même de scandale. Demoiselle sachant contenir ses états d'âme, peu désireuse de partager ces derniers. Alors elle dévale les escaliers, pris ces derniers de ne pas être d'humeur à t'emmerder, afin de ne pas te retrouver bloquer au sein de cet amas de chair plus que nécessaire.

Nouvelle bouffée d'air emplissant tes poumons, tu peux respirer, enfin. Délivré de cette foule bruyante, agaçante. Tu traverses le hall d'entrée avec indifférence, pourtant, à l'intérieur, tu n'attends qu'une chose : atteindre la cour, l'extérieur, enfin. Tu avais besoin de respirer, de te tenir loin de tout ce monde. Insyinct de loup solitaire que tu étais reprenant le dessus. Tu n'avais besoin de rien ni personne selon toi, si ce n'était de la solitude, alors te retrouver forcée à côtoyer autant de monde en si peu de temps contre ta volonté, ça te brusquait, t'agaçait. Plus que de raison même. Peut-être étais-tu de mauvaise humeur aujourd'hui. Ou peut-être l'étais-tu tout le temps... Allez savoir.

Une fois la cour du château enfin atteinte, tes poumons se gonflent sous l'air frais se rependant en leur sein. Simple geste qui suffisait à te satisfaire. Pupilles opalines se posant sur les rares âmes peuplant l'extérieur, une d'entre elles retint ton attention. Un serpent. Alekseï. Entrain d'échanger avec une petite brune des gryffondor. Jyo si tu avais bien retenue son prénom. Ou Joy peut-être... Au fond, tu n'en avais pas grand chose à faire. Seulement, ce n'était pas la première fois que tu apercevais le vert et argent conversé avec intérêt en compagnie d'un tiers. Il y avait cette blonde également, Diane. Et probablement d'autres dont-tu ne connaissais guère le prénom. C'était étrange de le voir soudainement devenir si... Sociable ? Ou alors étais-ce peut-être une vu de ton esprit.

Après tout, tu le connaissais pas tant que ça, Alekseï. Tout ce que tu savais de lui, entre autre, c'est qu'il était orphelin, tout comme toi, point commun que vous vous étiez découvert lors d'une discussion comme une autre. Rien de plus, rien de moins. Malgré tout, il te semblait qu'il n'était pas des plus sociables, tout comme toi, alors le voir échanger successivement avec diverses demoiselles et damoiseaux, ça t'interpellais.

Mécaniquement, machinalement, lorsque la demoiselle avec qui le russe discutait s'en était allée, tu avais marché en direction du serpent, après quelques secondes de battement tout de même. Casque tombant sur tes épaules, tu t'adosses à un muret de pierre non loin de ton camarade.

« Alors comme ça, on se sociabilise ? Que nous vaut ce changement ? » Remarque ponctué d'une légère pointe de sarcasme, accompagné de ton air habituellement nonchalant. Tu avais peut-être l'air désinvolte, mais pourtant, sans que tu ne daignes l'avouer, cela t'intriguais malgré toi.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Ven 21 Sep - 9:44


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
Jakob m'avait dit que ça changeait un homme & que ça m'allait bien.
Alors je sais pas si j'ai vraiment changer, j'en ai pas l'impression... J'ai plutôt l'impression d'être devenu un truc tout mignon qui fait terriblement moins de vague & qui en vient à rassurer des deuxièmes années parce que Jakob a fait une scène.
Non, j'ai changé mais ça ne me va pas... Bien que Diane pense le contraire. & si ma blonde pense, donc je suis.
Je n'avais pas aimé la rentrée, encore moins à me retrouver à la regarder, à nouveau, de loin. M'empêchant de réagir chaque fois que Ponds, Wright ou tout autre gryffondors inconnus au bataillon s'approchaient d'elle.
J'ai les épaules tendues depuis que je ne peux pas l'approcher comme je le souhaite. Je peux la protéger que de loin... & j'ai pris ma plume pour lui écrire. Truc que je n'aurais jamais penser faire un jour.
J'étais rassuré de la voir m'écrire, des fois ça prenait des plombes mais c'était la faute à mon paternel... Je présume.
& dans une semaine, je pourrai à nouveau l'avoir dans mes bras... j'avais juste besoin d'attendre un peu.
Ronger mon frein en silence.

Je descends les marches du château, sans un mot. Le regard vide. Là où d'habitude j'aurais voulu emmerder le monde, je me retrouvais à retourner dans l'obscurité... Comme lors de ma première année ici, avant d'avoir connu Gareth.
Bro... putain, tu me manques.
Je sais que mon humeur ne va pas être au beau fixe. Cody était particulièrement silencieuse ce matin alors que Drystan semblait encore perdu dans un monde parallèle... Le seul & unique à faire du boucan dans le dortoir c'était Jakob qui avait repéré un mauvais pli sur son lit à baldaquin, maudissant la maison du célèbre Godric.
C'était chiant, mais qu'est-ce que j'ai pu rire... intérieurement.

Je sors dehors pour prendre l'air.
Il fait toujours aussi frais mais j'ai l'impression que la pression atmosphérique a légèrement changée. Je hausse les épaules, & paré de ma suie et de mon bonnet rouge, je m'avance vers Joy qui s'amuse avec un chat. Toujours aussi insouciante, celle-là.
Je n'aime pas les gens bruyants, ni même maladroit. Elle faisait exception à la règle parce qu'elle avait en elle quelque chose qui ne me rebutait pas... Malgré sa maladresse & ses questions à la con, elle savait s'arrêter juste avant la limite & surtout... je ne lui faisais pas peur.
Elle rit, je hausse un sourcil.
Elle parle de ses vacances, des cadeaux que je lui ai fait. Si mon pull qu'elle m'a offert me plait toujours... Et tout ça en jouant avec son chat à la con.
Je sais pas d'où elle sort cette énergie, mais si c'est un potion, je veux la même. Quoi que non, si c'est pour être aussi niais, je suis pas sûr de la vouloir.

Le chat s'échappe & je le regarde partir. Joy crie qu'il faut que je l'arrête... T'as raison, tiens, compte là dessus. Elle comprend vite que je bougerai pas & court à la poursuite de son chat. Je secoue la tête en soupirant.
Elle me connait bien pourtant, comment a-t-elle pu penser que j'allais l'aider ? Est-ce que j'ai changé autant que ça ? Non, impossible. Je déteste toujours autant les gens, je n'aime pas entendre crier ni même rire.
La présence de Cody et Drystan suffit à me sentir mieux... Déjà que passer trop de temps avec Jakob me tue moralement, faudrait pas en plus que je baisse la garde.
Je me pose, dos contre le mur pour regarder le château alors que la légère brise vient fouetter mon visage avec ce sentiment de prendre quelques aiguilles d'acuponctures sur chaque parcelle de peau.
Willow approche & je l'accueille avec un haussement de sourcil.

Avec elle aussi, c'est simple. Pas de bonjour, pas d'aurevoir. Vif du sujet, pas besoin de tourner autour du pot. C'est simple, fluide & efficace.
Mais putain pourquoi ça doit toujours tourner autour de moi en ce moment ? Mais le sarcasme dans sa voix me tire un sourire en coin. « Putain, t'y mets pas aussi. » Je lui laisse de la place & je fourre mes mains dans les poches. « Qu'est-ce que tu entends par changement ? » Je glisse doucement mon regard sur elle. « Tu trouves que je suis plus sociable ? » Je fronce les sourcils. Putain, je le savais... Trainer avec Jakob & Diane ça ne me réussit pas. Je suis trop gentil & ça commence à se ressentir. « Dakota aussi trouve que j'ai changé. Elle traine moins avec moi. » Je lève un sourcil. Est-ce que ça change quelque chose à ma vie ? Non.
Au contraire, ça m'a permis d'être plus proche de mon bro, Drystan. « Je déteste toujours autant le monde, crois-moi. » Puis je détourne le regard pour regarder une fenêtre où des élèves bavardent. « Tu me kiffes pour me demander ça ? T'es jalouse parce que je regarde les autres & pas toi ? » Ironie, sarcasme... Peut-être un peu de méchanceté, mais non sans mal. Je commence à me perdre & je ne me reconnais pas non plus.
Willow pourra-t-elle m'aider à retourner dans le tunnel obscur ? J'avais pris l'habitude de marcher dans le noir & j'ai l'impression de vaciller quand il y a trop de lumière.

©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Ven 21 Sep - 19:09


What happened ?
Tu avais toujours été un monstre de solitude Willow. Ou tout du moins, depuis ton entrée à Poudlard. Pas sociable pour deux sous. Tu étais aux antipodes de cette fillette insouciante que tu avais eu la chance d'être, il y a de cela ce qui te paraissait être une autre vie. Enfant, tu souriais, dansais et chantais, riais même. Tu étais vivante. Tu étais. Aujourd'hui, tout était si différent. Tu étais si différente. Renfermé, solitaire, secrète, sans attache. Et pourtant, cela ne t'attristais pas, cela ne t'attristais plus. Tu avais finalement accepté celle que tu étais devenu : une survivante admirant avec dédain les vivants.

Derrière ces airs de loup solitaire, une toute autre vérité se cachait pourtant. Tu le savais, la connaissais, cette vérité que tu avais finis par embrasser avec fracas. Si tu étais tout à fait honnête avec toi-même, tu étais ainsi car tu avais peur. C'était de cette peur contrôlé incontrôlable.De celles que tu avais su domptée, accepter. Peur du rejet, de l'abandon, de perdre un proche, encore. Cette idée t'horrifiais et te tétanisais. Alors tu évitais toute attache, crachais sur ces mains qui t'étais tendu, bien trop entêté, bien trop fière. Certains te dirons lâche d'ainsi fuir cette crainte, mais ceux-là, tu les emmerdais. Ils n'avaient pas vécu ta vie. Ils ne savaient pas ce que c'était. Ils ne savaient ce que ça faisait, de tout perdre.

Malgré toutes tes promesses, malgré toutes tes craintes, quelques personnes avaient sut trouver une place particulière près de ton cœur de glace. Bien que tu le réfute, te refuser à l'avouer. Il y avait des personnes à qui tu tenais, sincèrement, grâce, ou selon toi, à cause de Poudlard. Jessica. Cassandre. La première ayant cette innocence qui a sut résister aux malheurs de la vie qui a sut te charmer. La seconde qui te faisais pensé à celle que tu étais, il y avait encore quelques années. Tu tenais à elles bordel. Bien que tu préférerais mourir que de te l'avouer. Puis il y avait Eileen. Ta sœur. Celle que tu aimais comme une folle, celle pour qui tu serais prête à aller décrocher la lune pour lui arracher un simple sourire. Pourtant, tu la rejetais cette dernière, l'ignorais, la faisait disparaitre de ta vie. Par peur, par égoïsme. Tu savais que tu ne supporterais pas de la perdre, alors tu l'éloignais de toi, au cas où.

Tu t'égares, te perds dans ces pensées envahissantes. Heureusement, la voix d'Aleksei te ramènes à la raison, te refais poser pieds sur terre. T'y mets pas aussi. Tiens donc, tu n'étais donc pas la seule à lui en avoir fait la remarque ? Ça t'arrache l'ombre d'un sourire amusé, sa remarque. « J'entends par là que t'as l'air plus prompte aux nouvelles rencontres, je te vois souvent converser avec d'autres. T'as l'air plus ouvert, moins renfermé, comme si tu t'ouvrais inconsciemment au monde.» T'es franche, tu dis ce que tu penses, et tu ne te soucis que trop peu de si cela dérange ou non. De si cela est avérée ou aberrant. C'est ton impression, les on-dit, tu t'en balances. C'est ce que tu as vu, ce que tu as cru comprendre de ces scènes auxquels tu as assisté.

« On s'en fout de celle-là.» Tu veux pas perdre ton temps à piailler sur cette Dakota. Il s'en fout, tu t'en fous, point. Tes bras se croisent sur ton abdomen, tes billes opalines se posant sur ton interlocuteur. Il avait l'air d'être un peu perdu, de ne plus vraiment savoir où il en était. Et ça t'interloque, t'interpelle. Te changes du serpent que tu avais pu avoir l'occasion de fréquenter. « Je sais pas si t'es plus sociable, mais en tout cas, t'as pas l'air aussi renfermé qu'avant.» T'as pas la science infuse et tu ne prétends pas l'avoir. Tu ne partages que ton ressentis, et tu t'arrêtes à ça. Pas besoin d'en faire des caisses, de t'improviser psychologue ou psychanalyste. C'était pas ton truc de toute façon.

La dernière remarque d'Alek, elle te fais lever les yeux au ciel, bien que son ton t'amuses. Ironie, sarcasme... Que serait la vie sans ces deux joyaux, tu te le demandais bien. « Tout à fait, je suis ton admiratrice secrète complétement cinglée qui te suis partout, épis le moins de tes faits et gestes, et qui rêve que tu daignes enfin lui accorder un peu de considération.» Voix euphorique, tu t'étais rapprochée du russe, te collant presque à sa personne par pur provocation. Cependant, tu as bien vite de te reculer, de regagner ta place contre ce muret qui te sied si bien, pas vraiment amatrice des contacts humains en tout genre. « Plus sérieusement... Ça m'intrigue. Je cherches à comprendre.» A comprendre comment tu fais pour passer outre tes peurs.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Mar 2 Oct - 10:01


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
Plus prompt aux nouvelles rencontres... Ah, je n'aime pas cette air surpris. Déjà que je n'aime pas rencontrer des gens & encore moins leur parler, mais elle n'a tort. Trop de monde est entré dans ma vie en un laps de temps bien trop court.
Et ça doit changer.
Je dois me retrouver, garder en tête que je suis Venediktov, l'enfer des premières années, le sarcasme & le mystère à l'état brut.
M'ouvrir inconsciemment au monde, c'est non. Putain, c'est non. Je ne veux pas que d'autres gens me touchent, je ne veux pas avoir à protéger le château ... Je ne veux pas m'attacher, surtout quand ma propre sœur renie mon existence... Mais est-ce seulement elle ?
J'ai tellement peur en ce moment, avec son apparition, la fin de l'année & Diane... et ce foutu mariage que je suis fleur bleue. C'est n'importe quoi... Ce n'est pas moi.
Pas moi, du tout. « Hm. » c'est tout ce que je trouve à dire. En vrai, je déteste m'ouvrir... J'ai pas du tout envie d'échanger sur ce qui me change à ce point...
Est-ce que le peu de bonheur que j'ai pu connaître en l'espace de quelques mois fait de moi une nouvelle personne ?
Elles finiront toutes par m'abandonner... Déjà Gareth. Bientôt Joy, Diane aussi m'échappe... & ces putains de rumeurs en plus de ce mariage à la con.

Dakota semble être un sujet fâcheux. D'habitude, j'aurais mis le doigt dessus & j'aurais cherché... Là j'ai même plus envie. Tout semble partir à vau-l'eau alors que tout semblait si bien parti tout court.
Je fronce les sourcils quand elle insiste que je semble plus ouvert. Je suis vulnérable, je déteste cette sensation. Willow me rappelle à ma place... Je devrais retourner dans l'ombre, là où je n'avais pas besoin de parler de moi, là où je pouvais observer les gens sans pour autant donner mon avis. Être dans la retenu & le mystère... Là où personne ne pouvait me dire que j'étais changé, différent.
En fait, réellement, mon cœur souffre. Elle me l'a dit à plusieurs reprises, ma blonde, de ne pas l'attendre, de ne pas m'attacher... Mais c'est plus fort que moi. J'ai succombé aux flèches de Cupidon. Je me suis perdu.
Je dois nager dans un océan d'incompréhension & la fine observation de Willow a mis le doigt dessus bien trop vite.

Je finis par arrêter de regarder les élèves descendre les escaliers à travers les carreaux du château & je hausse les épaules pour donner un mouvement à mon corps. Il fait tout de même assez froid.
Je glisse doucement mon regard sur elle en soulevant un sourcil amusé. « Je m'en doutais. » Admiratrice secrète... pas si secrète. Et pas si admiratrice. « Je te signerai volontiers un autographe mais j'ai pas de plume. » Un léger sourire avant de regarder devant moi, perdu une nouvelle fois dans mes pensées. Malgré sa promiscuité, je ne veux pas la regarder comme je la regarde elle, je préfère éviter les débordements... Mais. Est-ce qu'elle fera de même ? Est-ce qu'elle respectera ce qu'il y a entre nous... ?
J'ai un putain de doute.
Je me mords l'intérieur de la joue & je finis par jouer la carte de la franchise. Je ne veux pas qu'elle vive la même chose que moi...
En vrai, je souffre parfois tellement que j'ai peur de ces gens qui sont dans ma vie, dont Willow. J'aimerais être sans ami. Mais sans Jakob, sans Drystan... Sans Joy. Je ne suis plus capable de vivre correctement. Ils m'ont touché, piqué... Et ça me tue.
« L'amour. » Juste ce mot & j'ai envie de gerber, putain. « C'est ce putain de truc qui me fait changer. » Je crache cette dernière phrase entre les dents, las de devoir me battre contre lui.
Je sors les mains de mes poches & je me tourne de trois quart, l'épaule la hanche contre le muret. « Si j'étais pas tombé amoureux bêtement, je n'en serai pas là. »
Saleté de sentiments de merde.

En vérité, j'ai peur.
Peur d'être encore lâchement abandonné. Par elle, par eux.
Surtout par elle... J'ai peur d'aimer plus qu'elle ne peut m'aimer. Si je l'accepte actuellement, l'accepterai-je toujours ?
Il est là, le doute.
Changer n'est pas bon pour tout le monde, encore moins pour moi. & je veux mettre en garde Willow, elle qui est comme moi. Elle qui pense comme moi.
L'amour rend fou.
L'amour... fait mal.

©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Mar 2 Oct - 21:23


What happened ?
On changeait pour les mieux, entendais-tu souvent dire. Mais étais-ce vrai, seulement possible ? Tu n'y croyais pas. Car tu avais changé Willow, à maintes reprises. Et ça n'avait jamais été pour le mieux. Chaque nouvelles armures que tu te forgeais n'ayant d'utilité que de te complaire dans ta solitude, dans cette douleur avec laquelle tu avais appris à vivre. A aucun moment tu n'avais le souvenir d'avoir tenté un pas vers le monde, vers cet inconnu qui t'intriguais autant qu'il t'effarais. Peut-être étais-tu trop effrayer pour changer, probablement même, mais cela te convenais. Naviguant au sein de cette obscurité réconfortante, rassurante. Ainsi tu t'étais refusé au moindre changement, à ne serais-ce qu'une infime nouveauté dans ta vie. Tu t'étais attaché à quelques personnes au sein de ce maudit château, c'était déjà beaucoup trop pour toi et ta façon de vivre.

Il ne te répond pas vraiment le serpent, et ça te frustre sans que tu ne daignes l'avouer. Tu voulais savoir, tu voulais apprendre. Tu voulais comprendre. Tu avais ce besoin horrifiant de tout savoir, afin de pouvoir tout contrôler. Chaque moment de ta vie, chaque instant de ton existence. Tu ne pouvais rien laisser au hasard. Car faire une place au hasard, c'était laisser la chance à la vie de s'y introduire, vicieusement. Et tu t'y refusais fermement, te blottissant dans cette survie si plaisante. Tu ne voulais pas qu'on t'offre la chance de découvrir ce qu'étais une vie heureuse, une vie saine, tu ne voulais pas. Bien trop effrayé à l'idée de goûtée à ce bonheur, tétanisé à l'idée de l'apprécier quand bien même savais-tu qu'il te serait inévitablement arraché. Alek partageait-il ce sentiment, lui aussi ? Avait-il lui aussi cette peur qui le prenait aux entrailles ? Si vos comportements respectifs étaient toujours en symbiose, comme jusqu'à maintenant, alors tu ne doutais pas que cela soit le cas. Mais comment en faisait-il abstraction ? Si seulement c'était le cas.

« Monsieur est bien trop charitable.» Seule réplique que tu t'accordes face à cette générosité feinté à l'idée d'accepter de te signer un autographe. Cela t'amuses, t'arraches un demi-sourire, tandis que tu regagnes ta place. Oh tu pouvais être joueuse par moment, voir même provocatrice, avec ceux que tu considérais un minimum, mais tu ne pouvais pas jouer à ce jeux. Pas avec Alek. Pas maintenant. Tu respectais bien trop cette conversation que tu avais engagé pour agir de la sorte, telle une enfant tâtant les limites d'un monde nouveau.

Tu avais été droit au but, n'épargnant guère le russe en lui énonçant ces changements que tu avais remarqué. Car tu vivais de l'observation Willow, traquais le moindre geste chez une personne afin de saisir qui elle était, comprendre ses comportements ainsi que ses agissements. Devinant qui se cachait réellement derrière les masques que tout un chacun portait. Car tu étais comme ça, de ceux vivant dans l'ombre à observer patiemment les autres. Peut-être dans l'espoir vain d'enfin comprendre ta mécanique. Peut-être. Et au fond, tu savais que le serpent agissait à l'identique. Peut-être étais-ce pour cela que vous aviez une certaine facilité à vous comprendre, car non seulement vos modes de fonctionnements étaient forts similaires, mais en plus de cela, vous scrutiez les faits et gestes de l'autre.

« Oh.» Échappes-tu face à la révélation qu'il te fait. L'amour. C'était donc ça. Il avait été touché par ce poison aussi vicieux que délicieux. Sentiment fatal pour ceux tels que vous. Luxe que vous osiez à peine effleurer, désir que vous osiez tout juste assouvir. Espoir qui ne restait généralement qu'une chimère. Tout du moins, c'est ce qu'il en avait été pour toi. Tu avais connu l'amour, il te semble. Sans grande certitude. Tu avais aimé, tu crois. Cependant, tu t'étais braquée en prenant conscience de ce sentiment t’enivrant. Avait tout arrêté, brusquement, brutalement. « Je connais, je crois.» Toi aussi, tu avais été piégé par ce fléau. Mais tu t'en étais bien rapidement échappé.

« Ça te fais du bien, tu penses ? » Question aussi pertinente pour lui que pour toi. Réflexion qui lui permettrait de peser le pour et le contre de ce sentiment enivrant, réponse qui te permettrait d'éclairer ta chandelle, de savoir si tu devais définitivement rester en garde contre ce piège malicieux. « Tu as peur, hein ? » Pas que cela ne soit évidant, au contraire même, mais cela te paraissait logique. C'était aussi tentant qu'effrayant, l'amour.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Mar 9 Oct - 16:06


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
Ce qui me fascine c'est qu'elle m'écoute sans me juger. Elle observe, elle analyse chacun de mes mots. Putain, on dirait un miroir de mon âme, c'est perturbant. Cette meuf est perturbante.
Elle semble même légèrement touchée par mon aveu, comme si elle comprenait ce que je vivais en ce moment. Comme si elle aussi, l'amour avait frappé à sa porte pour la lui claquer à la gueule une fois qu'elle avait tendu la main.
C'est ce qui me fait peur. Ouais. De me prendre une claque telle que je m'en relèverai peut-être pas... J'ai pas envie de ça.
J'aimerais resté coincé dans mes ténèbres, avancer à tâtons repoussant tout semblant de lumière. Mais j'ai ouvert une porte & cette foutue blonde était derrière.
Maintenant j'ai peur qu'elle pose ses doigts sur la poignée pour la fermer avec beaucoup trop de force, me forçant moi à vivre éternellement dans l'ombre.
Quand elle me dit qu'elle croit connaître, je hausse un sourcil.
C'est soit on le connait soit on ne le connait pas... Mais ce n'est pas quelque chose que l'on pense connaître, on le sait. On le sent.
Alors je me mets en tête qu'elle ne le connait pas vraiment... & ça me rassure. Pour elle.

Ses questions sont pointilleuses, bordel.
Ce sont les mêmes que je me pose chaque fois que je pose mon regard sur elle, chaque fois qu'elle s'éloigne de moi. Je doute.
Puis elle me regarde, me sourit. Et tous ces doutes s'envolent comme des milliers de papillons bleu ciel.
Je mets du temps à parler, fixant un point devant moi juste au dessus de l'épaule de l'aiglonne, les sourcils légèrement froncés par la réflexion. Elle interromps le fil de mes pensées par une nouvelle question qui me semble plus affirmative que réellement interrogative. Mes yeux noirs se posent sur les siens & son assurance me décontenance. « Ouais. » Je soupire en me redressant, me rapprochant de la serdaigle, comblant ce mètre qui nous séparait pour ne pas avoir à parler trop fort.
Je secoue la tête. « J'ai ... J'ai passé ma vie à détester l'amour. » Je regarde un groupe d'élève passer derrière Willow & j'attends qu'ils disparaissent pour continuer. « Nous avons été abandonnés, Willow. » Je prends sa main pour sceller ce lien que personne ne peut nous enlever. « Comment être sûrs qu'on nous abandonnera pas encore & encore ? »
Surtout à nos âges. Surtout avec tout ce qui tombe sur la tête de ma blonde... Ce mariage, ce foutu casanova de la casse, Leo Wright... Tous ces mecs qui lui tournent autour. Pourquoi ce serait moi qu'elle choisirait ? Surtout après Theodore.
Je ne suis sûr de rien & j'ai peur.
Ouais j'avoue cette faiblesse devant Willow. « Ça fait putain de mal. » Je pose sa main sur mon torse à l'endroit où mon cœur bat la chamade. « Je passe ma journée à penser à elle, à douter. A avoir peur qu'elle finisse par m'abandonner. » Je pose mes doigts sur les siens. « A me l'imaginer dans les bras d'un autre... » Puis je soupire en laissant mes doigts glisser sur les siens avant de lui lâcher définitivement la main. « Mais quand elle me regarde, quand elle me sourit... J'ai l'impression. » Je me mords la lèvre en regardant au dessus de nous, la cime des arbres danser avec la légère brise. « J'ai l'impression qu'elle arrive à tout faire s'envoler... & c'est dans ces moments-là que je me sens bien. »
C'est à ce moment là, et seulement là, que je me sens vivant.
Je m'inquiète pour elle, je respire pour elle...
Foutue blonde.

« Et je change. » parce que je ressens des choses que je ne connaissais pas. « Pour elle, à cause d'elle. » Je vois chaque fois ses cheveux blonds danser devant moi... son parfum m'enivrer alors que je perds pied chaque fois qu'elle s'éloigne de moi.
Je déteste cette obsession autant que je l'adore. Ce que je ressentais avant pour ma blonde, je le ressens aussi pour l'amour que je lui porte. « Je ne veux pas que tu connaisses ces doutes... Car. » Je recule d'un pas. « Car on a cette crainte de finir seul. D'être abandonné. » Je parle trop, putain. Ça me ressemble pas. « C'est plus simple quand on est seul. »
Et parfois, je me surprends à vouloir le redevenir. Oublier ces doutes, ces tourments... Ces douleurs.
Mais rien que de l'aimer suffit parfois à me sentir différent d'hier, moins bon que demain. De grandir & d'apprendre sans cesse un peu plus sur la vie.
« Mais j'arrive pas à savoir si c'est bien ou non. » Parce que je suis brisé & réparé en même temps.

Je la regarde, Willow, qui m'écoute, qui apprend... qui appréhende. Qui va émettre son jugement. Contempler l'amour ou le détester comme je l'ai fait... Comme j'aimerais encore le faire.

©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Jeu 18 Oct - 18:49


What happened ?
Le lien qui t'unissait à Alek était indescriptible, imperceptible, même toi tu n'aurais sut poser mot dessus, alors que tu étais pourtant la seconde partie nécessaire à la résolution de cette équation que vous formiez. Vous aviez tous deux connues la perte, vous aviez tous deux étés ébranler par la mor, la faucheuse croisant vos parcours de vies à des âges bien trop frêles encore. L'existence ne vous avait guère laisser le loisir d'être enfant, de savourer cette insouciance primaire, de connaître le bonheur d'être entouré de ces figures parentales. Vous étiez orphelins, et même si vos cas différaient, vous n'en demeuriez pas moins liés, d'un de ces liens qui vous dépassait. Ou tout du moins, qui te dépassais, Willow. Malgré tout, inconsciemment, tu la chérissais, cette relation unique. Car ça te soulageais, de savoir que tu n'étais pas seule, délestait tes épaules d'un poids, de savoir qu'au moins une personne pouvait ici et comprendre.

T'es attentive, lèvres scellés dans un de ces silences religieux, bien trop respectueuse de ces quelques confidences que le russe t'adressais, ayant visiblement suffisamment confiance en ta petite personne pour te confier pareilles doutes, pareilles incertitudes. Car tu savais mieux que quiconque combien avouer une douloureuse vérité était couteux, combien cela pouvait ébranler des êtres tels que vous, combien cela pouvait assaillir votre cœur de sentiments habituellement ignorés. Il a passé sa vie à détester l'amour qu'il te dit. Tu comprends, tu en es certaine. Car toi aussi, tu le détestes ce sentiment. Sous toutes les formes qui soient, sous toutes les nuances pouvant orner la vaste palette que possédait la vie. Celui passionnel, celui fraternel, amical, irrationnel ou encore inexplicable. Tu détestais ce sentiment, purement, simplement, veillant à t'en tenir aussi éloigné que possible, n'empêchant pourtant pas certaines de ces racines de t'atteindre.

Vous avez étés abandonnés. Douloureux rappel, souvenirs tortueux que tu chasses d'un revers de main. Ces doutes faisant sens, et tu ne pouvais que comprendre, quand bien même tu ne vivais pareil situation cornélienne. Tu savais quand bien la peur de l'abandon pouvait vous empoisonner l'existence, combien elle pouvait vous paralyser dans toutes relations avec autrui. Tu savais. Tout autant qu'Alek. « Rien ne peut nous l'assurer.» Murmures-tu d'une voix sincère. Rien ne pouvait vous assurez que jamais plus vous ne connaitriez ce fléau, et tu préférais te montrer franche plutôt que de tenter d'enjoliver la réalité. Tu savais que le serpent n'y serait pas réceptif, à ces quelques vains mensonges. Qui plus est, cela n'aurait pas été toi, diamétralement opposé aux valeurs que tu défendais.

Le contact de ta paume contre la sienne, vos doigts s'effleurant avant de s'écraser les uns contre les autres, ça te perturbes, t'arraches un frisson éphémère. Tu n'avais plus l'habitude de pareil entreprise. Depuis combien de temps ne t'étais-tu plus laissé effleurer l'échine Willow ? Bien trop longtemps. Cependant, tu te laisses faire, car tu sais que cela n'est en rien anodin. Tu sens les battements du palpitants du vert et argent sous tes doigts, mesure la force de ces derniers, admires la force que détient encore ce dernier. « Alek... Vivre dans ces craintes futures est inutile. Je sais que tu ne peux les ignorer, mais tu ne peux prévoir ce qui arrivera.» T'es pas forcément la plus à même pour tenter de le rassurer, d'apaiser ses peurs, pourtant, tu sais que tu es la mieux placer pour les comprendre. Doux paradoxe de la vie. « Alors profite de l'instant présent. D'autant plus si cela te fais du bien. Il est trop tard pour faire marche arrière, pour tout rompre.» Tu voyais bien à ses propos que son cœur s'était déjà épris de sa belle, briser les liens les unissant désormais n'aurait guère d'utilité, si ce n'était celle de le faire souffrir inutilement. Tout du moins c'est ce que tu penses, alors c'est ce que tu dis.

Ça te touche ce qu'il te dit. Il y a une certaine sensibilité dans ses paroles qui t'ébranles le cœur, une insécurité qui touches ton âme, une passion qui aimerait ébranler les tiennes, éteintes. Son attention envers toi t'arraches l'ombre d'un demi-sourire, ses mises en gardes réchauffe ton cœur de glace. « Je veillerais à soigneusement rester à l'écart de ce merdier.» C'est tout ce que tu es capable de lui assurer, ton point de vu sur la chose n'en étant que plus renforcé, plus pessimiste. L'amour était de ces choses pouvant détruire des Hommes en l'espace d'un instant. C'était mortel. « Honnêtement, et à mon plus grand étonnement, dans le cas présent, je penses que c'est bien. Car si elle a réussit à t'atteindre, c'est que ce n'est pas n'importe qui. Et si elle s'intéresse à toi malgré tous tes défauts -parce que oui, t'en as une chier, tout comme moi- c'est qu'elle est pas là de te laisser tomber.» Toi aussi tu te mets à parler plus que de raison, plus qu'à tes habitudes, ça te déstabilise un instant, avant que tu ne réalises que cela était nécessaire. Parce-que t'avais trop de choses à dire, l'envie de tenter de rassurer ton interlocuteur ainsi que de lui épargner quelques souffrances t'enivrait de trop. Parce-qu'au fond, t'avais ce désir de le protéger tout comme tu te protégeais. « Mais fais attention quand même. Tente de dresser quelques barrières, si ça t'es encore possible. Car l'amour, ça nous est mortel. Je ne sais de combien d'abandon on peut se remettre dans une vie.» T'achèves sur ça, sur des paroles guère rassurantes, mais tu vois pas quoi dire d'autres. Tu sais pas si c'est ce qu'il attend, mais au fond, c'est ce que t'as envie de dire, alors tu te prives pas. Car t'es comme ça, franche jusqu'à en dépasser les limites soigneusement établis.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Ven 19 Oct - 4:08


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
Elle est du même avis, & c'est normal. On vit les même souffrances. On est pas du genre à se les rappeler tous les jours, heureusement d'ailleurs. On vivrait mal notre vie, je veux dire encore plus mal que maintenant...
Je n'ai jamais réellement supporter l'idée qu'elle soit entrer si vite dans ma vie, j'ai préféré penser qu'elle était comme les autres, qu'il serait plus simple de s'amuser avec elle... Puis mes sentiments ont été bouleversé quand elle m'a rejeté.
J'avais de la haine, de la pitié peut-être même... Je ne supportais pas qu'on me refuse quoi que ce soit, je gérais très mal ma frustration. Alors j'avais préféré utiliser la mort de Cassandre comme prétexte. J'ai été un putain de connard. Parce que j'étais égoïste... Je voulais qu'elle soit triste, au début par simple vengeance... Ensuite parce qu'elle ressentait notre douleur, à nous autres abandonnés. Laissés pour compte.
Mais elle avait souri là où Willow & moi on avait préféré se laisser noyer par les ténèbres. C'était terrifiant... Nous n'allons pas nous mentir. Alors quand elle a apporté sa lumière dans ma vie, que j'ai mis des mots sur mes sentiments, j'ai voulu les rejeter, lui recracher à la figure tous ces sentiments que j'aurais aimé ne jamais ressentir...
Mais mon cœur en a décidé autrement. J'ai laissé sa lumière me guider vers un bonheur que je ne méritais pas.
Et Willow avait fini par achever mes doutes. On était sûrs de rien, & elle a putain de raison... Mais vivre dans le doute, je peux pas. J'y arriverai pas... Si seulement. Si je pouvais juste la toucher, lui demander de me rassurer... De poser ma tête contre son sein pour juste m'assurer qu'elle vit encore & pour moi.

Je pensais qu'on s'arrêterait là, mais Willow semble avoir des trucs sur le coeur aussi. Elle se sert de mon histoire pour créer l'espoir & elle ne le remarque pas. Je lui donne l'espoir... Elle me console. Mais non, je ne veux pas qu'elle me console, je veux surtout pas qu'elle vive ça... Pas comme moi. Je veux que quelqu'un la fasse sourire tout le temps sans qu'elle ait peur d'être abandonnée.
Si j'avais pu être cet homme, je l'aurais été, mais je ne le serai pas. Simplement parce que nous ne sommes pas compatible & que nous nous autodétruirions. On avait besoin de lumières dans nos ténèbres.
C'est là que les paroles de Willow font échos à mes pensées.
Malheureusement, je ne changerai pas dix sept ans de ma vie parce qu'une blonde a volé mon coeur. Je vivrai toujours dans la crainte d'être seul. A jamais.
Abandonné à mes démons.
& je crains ce jour où elle partira, où elle m'abandonnera à son tour.
Car je ne relèverai jamais la tête... Peut-être que je deviendrai un monstre consummé par ses démons. Sans doute même.
& Willow qui me regarde comme pour me rassurer, rassurer ce bébé qui pleure & qui semble chouiner après un caprice. J'aimerais lui renvoyer ces belles paroles à la gueule... Mais c'est Willow. Ma Willow, celle qui me comprend mieux que quiconque dans ce putain de château de merde.

Une brise se lève, faisant danser ses cheveux en même temps qu'elle me donne des conseils sur des barrières à mettre.
Je souris, plus par nostalgie que moquerie. Je passe ma langue sur mes dents alors que j'ai envie de balancer que les barrières sont tombés depuis cette nuit où j'ai donné ce que je voulais préserver pour elle. Si on me prenait pour un chien &/ou un connard, je n'avais jamais touché la pureté d'une femme. Je voulais les blesser, pas les briser.
« Zéro, Willow. » je coule mon regard dans le sien alors que le vent installe un silence entre nous. On ne se remet jamais d'un abandon. Jamais.
Ami, parent, amour... On ne s'en remet pas. Je suis lâche, faible... & pourtant je puise une force époustouflante en ma blonde.
Je ne me remettrai jamais de la mort de ma mère & de l'abandon de mon père. Je m'en remettrai jamais d'avoir vu ma sœur partir vivre avec une autre famille avant d'avoir été ... & emmenée encore loin de moi. Je m'en remettrai pas qu'on m'est chassé de l'orphelinat pour vivre avec un connard qui ne veut même pas de moi.
Je ne m'en remettrai pas si ma blonde ... m'abandonne. Pourtant elle n'est pas à moi. Je ne peux même pas me considérer en couple... Elle me tient à distance.
& mon cœur se consume à chaque pas que je fais & auquel elle recule. Mon corps s'épuise & ... ma loyauté reste intacte, c'est frustrant. Je ne me comprends plus... je ne comprends même plus rien. « Willow, si un jour tu aimes quelqu'un... Je veux dire. Putain. » Je commence à m'agiter, passant d'un pied à l'autre, je ne suis pas à l'aise avec cette conversation. Je prends le rôle d'un grand frère alors que je suis même pas foutu de répondre à mes propres questions. « Je t'en prie... toi aussi, te donne pas à 100% si t'es pas sûre... » Je ferme les yeux & je soupire. « J'ai fait cette connerie là... C'est à moi d'assumer. » Je pose le dos contre le muret & je souffle une longue complainte silencieuse. « Si elle me jette, c'est mort. J'existerai plus... Je serai Alek, juste Alek. » Alek le pseudo connard.
Je regarde les élèves danser dans les escaliers, ils me donnent la nausée. « Tu as des vues sur quelqu'un, toi ? Genre un crush ou un cœur à briser ? » Je taquine mais. Ça m'inquiète.
Je l'attire doucement vers moi pour éviter au froid de nous faire fuir le parc. Je fourre mes mains dans les poches, son flanc contre le mien & je respire les même ténèbres qu'elle.
©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Sam 20 Oct - 15:21


What happened ?
Tu te surprends à autant parler Willow, à vouloir être aussi avenante, à être aussi bienveillante. C'était pas toi. Tout du moins, ce n'était pas ce toi que tu affichais habituellement, inlassablement. T'avais délaissé ton attitude désinvolte à l'instant où le russe t'avais ouvert son cœur, où il avait laissé tomber son armure, s'affichant à toi dans le plus simple des appareils. Tu savais l'effort que ça lui demandais, la confiance que cela représentait, parce-que tu fonctionnais de la même manière, et que c'était ce qui vous permettait d'aussi bien vous comprendre, sans qu'aucun mot ne soit requis pour cela. C'était pas dans tes habitudes de jouer les conseillères, de tenter d'aiguiller un tiers, mais face à Alek, ton attitude changeait du tout au tout. Car vous aviez grandit au sein de ténèbres identiques, car vous vous étiez forgés dans la même souffrance. Alors l'épauler, ça revenait un peu à t'épauler toi-même. Car vous étiez deux âmes ne partageant qu'une unique essence, une seule source. Vous étiez deux, et pourtant vous ne formiez qu'un dans vos ténèbres environnants.

Une question muette se mourrait à la commissure de tes lèvres : quelle était donc l'identité de celle ébranlant ainsi le miroir de ton âme ? Cela t'intriguais, piquait à vif ta curiosité, pourtant tu n'osais exprimer cette interrogation. Cela t'intriguais de savoir qui avait réussis à atteindre d'une puissance aussi cuisante le palpitant du russe. De savoir qui était celle détenant le pouvoir de l'achever, en un simple claquement de doigt. De savoir qui était parvenue à mettre à mal les barrières pourtant imposantes d'Alek. Malgré ta curiosité déplacé, tu tais ces questions te taraudant. Là n'était pas le sujet. Au fond, cela t'importait peu, mais peut-être finirais-tu par quémander une réponse. Ne serais-ce que pour avoir à l’œil cette demoiselle redoutable. instinct protecteur que tu te redécouvrais, qui te surprenais.

La réponse du brun à ta question implicite t'arraches un sourire amer, étires tes lèvres dans une courbe malsaine. Il avait raison, te rappelant une douloureuse vérité que tu n'avais de cesse de renier. « Point pour toi.» T'aimes pas qu'il ait raison à ce sujet, mais tu ne pouvais décemment pas affirmer le contraire. Car les preuves démentant ton obstination se présentaient par centaines. Tu aimais à te dire qu'après toutes ces années, tu t'étais remises de l'absence de tes parents, que les images du décès de ta mère ne t'harcelaient plus, t'arrachant des cris de douleurs muets. Mensonge. Tu tentais de te convaincre qu'être orpheline ne te fendait plus le cœur d'une de ces douleurs infernales., que les images de cette nuit où l'on vous, à ta sœur et toi, annonça la mort de votre père ne s'imposait plus à ton esprit endoloris. Mensonge. Fallait que tu te rendes à l'évidence, que tu admettes que ces souvenirs terrassais ton palpitant comme si cela ne s'était produit qu'hier encore. Alek te remettais à ta place, te rappelais que tes mensonges finiraient de te détruire.

Il reprend la parole, ton alter-égo, et il te surprends par ces propos. Son attention t'ébranle, cette façon qu'il a de se sentir concerné te touches. C'était surprenant, loin de vos attitudes habituelles, de votre indifférence redondante et de vos armures reluisantes. T'es attentive, malgré le fait que ses premiers t'arraches une drôle de grimace. Toi, amoureuse ? Jamais. Cette simple idée t'horrifiais, te rebutais. Cela te paraissait impossible, improbable. T'étant toujours juré de ne jamais te laisser happer par cette mascarade mesquine, dévastatrice. « Eh, respire. Tes mots et tes pensées vont pas te bouffer.» Un sourire complice étires tes lippes, humour dont tu tentes de faire preuve afin de mettre le serpent d'avantage à l'aise, même si, t'imaginant à sa place, tu te voyais bien autant galérer à trouver tes mots.

Il continue de parler, de se confier à toi. Ton visage s'agite fugacement à l'entente de son désir de faire face seul à ce sentiment incompris. Tu ne le laisserais pas seul, car après tout, vous ne formiez qu'un. « T'assumera pas ça seul.» Une surprenante détermination ponctue ta voix, te surprends toi-même. T'avais l'impression d'agir comme une sœur, ce que tu étais, mais normalement pas pour lui. Tu redécouvrais cet instinct fraternel que tu étouffais depuis si longtemps, et ça te déstabilise. « Si elle te laisse, tu seras Alek. Ce Alek qui évolue dans ces ténèbres environnant.» Affirmes-tu finalement. Tu ne t'y connaissais que trop peu sur le sujet, ne pouvait comprendre l'étendue de ses craintes ainsi que de son désarroi, t'étais sûrement bien loin de la réalité, mais tu tentais de faire ton mieux. Pour lui.

Finalement, le sujet se détourne du russe qui s'intéresse soudainement à ta personne, à l'état de ton cœur et de ces sentiments étouffés depuis bien trop longtemps. Si il y avait une chose qui vous différait malgré vos ressemblances accablantes, c'était bien votre rapport à l'amour. Là où Alek s'en était toujours jouer, blessant des femmes à la chaine, toi tu t'en étais toujours éloigné, ne jurant que par un célibat mortuaire. « On n'atteint pas si facilement le cœur d'une reine des glaces.» Sourire malicieux tandis que vos flancs se rencontrent, tes opalines embrassent les iris du reptile. C'était assez insolite comme situation, comme conversation. « Pour le moment, c'que je dois régler c'est cet entourage qui s'est beaucoup trop étendu d'un coup.» Bien trop d'individus avaient sut charmer ton cœur, s'y forgeant une place malicieuse que tu ne parvenais à briser. Ça t'emmerdais, fallait que tu règles ça au plus vite. Y avait bien trop de monde dans ta vie d'un coup. « Y a trop de monde qui est rentrée dans ma vie d'un coup, j'aime pas ça.» Et au milieu de tout ce monde, j'étais même pas foutu de prêter attention aux signaux de détresses de ma sœur.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Lun 22 Oct - 16:58


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
C'est quoi ces filles qui me soutiennent maintenant ?
Je pose mes yeux sur son visage concentré par mes révélations, je souris, passe la langue sur les dents. On dirait que le destin me pousse à me battre. Chaque fois que j'ai baissé les armes, il a jamais été là pour me forcer à les relever... Non, c'est uniquement dans ce cas-là. Comme si, pour cette blonde, mon monde refusait de voir partir la seule & unique chose positive dans ma vie.
L'unique lumière. Cette lumière qui pousse mes consœurs à se battre pour moi, avec moi. C'est rassurant d'un côté, je me sens moins seul. Je me sens même compris... Putain, il m'aura fallu sept ans pour me rendre compte que j'étais pas tout seul, qu'elles étaient là... Prête à griffer pour moi.
Je croyais vraiment être le seul à me battre dans cette foutue vie... Vie de merde qui doucement se construit autour de moi. M'offrant une famille. De l'amour.
Peut-être un peu trop à mon goût... Joy, Hope, Cassandre... Ces gamines qui me sortent pas les yeux mais pour qui je donnerai ma vie. Gareth, Drystan, Jakob... Mes meilleurs amis. Willow, Irma... mes âmes perdues. & Diane, évidemment... Putain, y a trop de monde... Isaac, Remus...
Y a trop de monde. Ce qui fait écho à ce qu'elle dit en même temps que mes pensées. Je la regarde, j'ai pas très bien écouter ce qu'elle me racontait... Je suis un peu con. Mais mes pensées débordent sur tout le reste en ce moment. « Je te comprends. » Je passe mon bras sur ses épaules. « Moi aussi y a un peu trop de monde... » C'est chelou, c'est même effrayant mais... c'est réconfortant aussi.
Si on se laissait aller pleinement à l'amour qu'on tient tant à nous offrir, on arrêterait peut-être de vouloir enlacer nos ténèbres. Mais ... elles ne nous ont jamais laissé tomber, les ténèbres.
Elles ont continué à veiller sur nous, nous accueillir à chaque déception. A nous étreindre chaque fois que la douleur se voulait lancinante. Elle nous a appris à ériger des murailles entre nous & le monde.

J'avais presque oublié Ilya. Non, en fait, je ne l'ai jamais oubliée. Je l'ai regardé, passer, bavarder, rigoler... Fixant parfois son cou, ses mains... Où tout était dissimulé à la perfection. Elle n'a pas daigné m'adresser un regard. Je dois être fou... Complètement dingue.
Elle n'est sans doute pas ma sœur. Le sort, le hasard a bien joué avec moi. C'était déstabilisant, ça l'est toujours. Je me suis juste persuadé que j'avais rêvé. Que je n'avais jamais adressé un putain de mot à cette serdaigle sortie des enfers. Pourquoi ce serait maintenant que je me rendrais compte de tout ça... ? Elle a le droit de parler russe, elle a le droit d'avoir des cicatrices... d'être orpheline, elle aussi.
Je fronce les sourcils. J'aimerais demander à Willow si elle la connait mais je me ravise.
Mes pensées sont actuellement bien trop occupé à combattre la douleur pour que je puisse pleinement aimer Diane, qu'elle puisse pleinement m'aimer, surtout.
Car je le sais, elle m'aime. Putain, faites que oui.

Dans mon esprit, quelques paroles reviennent à l'assaut. J'ai fini par écouter, en réalité. Elle parlait que je resterai Alek, celui qui marche dans l'ombre. Aleksei disparaitra anéanti par ma deuxième personnalité... Laquelle est la fausse alors ?
Je soupire. « Tu n'as pas trop froid ? » Je frictionne un peu son bras. Non pas que j'en ai vraiment quelque chose à faire, je l'adore mais de là à me renseigner sur son état de santé... Nan. C'est juste que je veux rendre la conversation plus légère. Faire taire nos douleurs un instant.
Je regarde encore les élèves monter & descendre. Elle passe, ma blonde. « Putain... » Je la suis du regard, elle est concentrée sur quelque chose mais le plus étonnant... Elle est seule. « Elle est là. » Je fais un mouvement du menton avant qu'elle disparaisse de l'autre côté du mur. Putain, qu'elle est belle même de loin.
Mon ventre se tord, elle me manque. « T'as vu ça ? » Un sourire fier étire mes lèvres. « Magnifique... " je murmure ce dernier mot alors que je continue de fixer cette putain de fenêtre.
Je finis par détourner le regard & me passer une main sur le visage. Je suis persuadé d'être livide.
J'arrive pas à enlever ce sourire benêt. « Quand je te dis que ça me rend con toute cette histoire... » Je me pince les lèvres pour éviter de sourire trop largement, jetant un dernier regard à la fenêtre.

Je reste là, Willow sous le bras à me demande depuis quand j'ai changé. « Qu'est-ce que tu en penses, alors ? » de ma blonde, de mon changement...
De son rapport à l'amour maintenant qu'elle a vu ma blonde passer...
Puis une semi-conscience. « Me jarte pas de ta vie. On a des choses à s'apprendre... » Un sourcil arqué, & un brin de sarcasme pour apaiser nos esprits apeurés.
La main fermement accroché à son bras comme à une bouée.

©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Lun 22 Oct - 22:39


What happened ?
Vous aviez tous deux trop de monde dans votre vie, vous qui étiez si solitaires, craintifs de nouer tous liens, de créer toutes nouvelles attaches. Quelle douce ironie du sort. Il comprenait donc ce que tu traversais, évidemment. Il devait deviner sans mal la tension que cela créait en ton corps, l'horreur que cela suscitait en toi, combien cela te prenais d'une horrible fascination, que de réaliser le nombres de personnes auxquels tu tenais, et ceux bien malgré toi. Tu t'évertuais à te considérer telle une louve solitaire, et pourtant, tu étais plus entouré que jamais. Sans que tu ne daignes pourtant te saisir de ces mains qui t'étaient tendus, de ces soutiens qui t'étais offerts. Tu demeurais horriblement seule, au sein de cette foule qui te tendais les bras. Gardant enfermé en toi ces peines que tu ne parvenais à confier, ces douleurs qui gangrénaient ton cœur, ce poids qui accablais tes épaules. Car tu demeurais persuadée que cet entourage, il finirait par t'abandonner, à son tour, comme tes parents l'avaient fait. Car tu étais certaine que tu te retrouverais de nouveau seule.

Mais si Alek comprenait, si lui aussi vivait pareil chose... N'étais-ce pas la première étape de cette épreuve qui te sortirais de ton obscurité si plaisante ? N'étais-ce pas le début d'un renouveau qui te dépassais ? Non. Tu espérais bien que non. Tu avais beau aimer le russe, tenir à lui plus que de raison, à cet homme qui était ton parfait miroir, tu ne voulais pourtant pas te retrouver dans pareille situation. Même si cela semblait lui réussir, pour le moment, malgré les doutes et les craintes le tourmentant. Tu ne voulais pas. Tu n'accepterais pas qu'un tiers t'éblouisse de cette lumière enivrante et atteigne ton cœur. Tu ne voulais pas. Tu ne voulais pas connaitre ça. Bien trop craintive de tout perdre par la suite, bien fidèle à ces ténèbres qui t'avaient accueillis et bercer jusqu'à maintenant. Tu étais résignée à te blottir continuellement dans cette obscurité salvatrice, te faisant pour seule promesse de ne tomber plus bas.

« Je te proposes qu'on se fasse un atelier : virons des gens, un peu trop nombreux de notre vie, une de ces quatre.» Un sourire provocateur aux lèvres, la douce résonance du sarcasme s'enlisant sur tes lippes. Ça serait une bonne idée tiens, que de vous concerter pour décider qui éjecter de vos petites vies. Un brin enfantin, mais c'est ce que tu demeurais, malgré les années d'innocences t'ayant été volé. Facette que tu ne révélais que rarement, part de ta personnalité que trop peu connaissait, que tu dissimulais à la perfection. Votre conversation prenait une tournure d'avantage légère, bien que vous ne perdiez pas de vu l’élément phare de cette dernière. Cela te suffisais, cela te convenais.

Le bras du serpent se glissant sur ton épaule te surprends, t'arraches un frisson incontrôlé. Tu devais te détendre Willow, que ton épiderme soit frôlé par celle d'un autre n'allait pas te tuer. Quelques secondes te sont nécessaire afin d'en convaincre ton corps, afin que les muscles de ce dernier se détendent. Sa question te fais hausser un sourcil, les courbes de tes lippes s'étirant en un aspect rieur. « Depuis quand tu t’inquiètes de ma santé toi ? » Léger coup d'épaule que tu lui adresses, taquines.

Soudainement, l'attention de ton interlocuteur semble happé par toute autre chose. Tu aurais manqué de comprendre quoi, si il ne t'avait pas indiqué d'un bref geste une silhouette blonde passant au loin. Tes opalines se plissent afin de distinguer plus précisément la demoiselle en question. Diane. Diane Wind. Sérieusement ? C'était d'elle que le cœur du russe s'était enticher ? T'es un peu sceptique, il te faut quelques secondes pour assimiler la nouvelle. Malgré tout ceux à quoi tu pouvais t'attendre, malgré toutes les femmes qui t'étaient venues en tête, cela te surprenait. Elle était si lumineuse, dégageait cette aura de bienveillance ainsi que de joie perpétuelle. Tu avais entendu dire qu'elle avait perdu sa sœur, sa jumelle, et pourtant, elle ne vous ressemblait en rien. Du moins, de ce que tu en savais. Elle gardait la tête haute, affichait un sourire perpétuelle. Elle était si différente de vous. Si différente d'Alek.

« Je m'attendais à bien des choses, mais ça... » Expression dubitative, tu caches pourtant bien ton jeu. Au fond, t'es pas mécontente du choix involontaire de son cœur. Tu n'avais jamais entendu que du bien de cette blonde. Et désormais, tu saurais à qui rendre la vie infernale, si jamais elle venait à blesser ton alter-égo d'une quelque façon qu'il soit, instinct fraternel prenant les dessus.  « Niveau fille à ton opposé, je crois que tu aurais difficilement put trouver mieux. » Que tu lâches tout en te collant un peu plus à lui, t'échappant encore un peu de ce froid d'hiver mordant.

« J'en penses que cette nana, c'est un véritable rayon de soleil à elle seule. Fais gaffe à pas te brûler. » Sous-entendu que tu espères qu'il comprendra, quoique tu en es à peux près certaines.« Oh mais t'as toujours été très con, t'as pas eu besoin de ça pour le devenir encore plus.» Provocatrice que tu es, un énième sourire étire tes lèvres. Bordel, c'était rare que tu souris autant, t'étais presque certaine d'avoir des courbatures demain à cause de ça. Si ce serait pas con. « Promis.» Que tu reprends plus sérieusement, adressant un regard complice au russe. Lui, tu comptais pas le virer de ta vie non.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 3800

Sablier : 7

Double Compte : Maeve & Crabbe

Convictions : ♦ Elle n'est pas morte. ♦ La nuit et le jour ne peuvent exister l'un sans l'autre.

Associations & Clubs : ♦ club d'échec. trésorier. ♦ batteur. équipe de quidditch, serpentard

Matières en Option : Sortilèges - Potions - Métamorphose - Histoire de la magie - Arithmancie. - Etude des runes.

Avatar : Tyler Joseph.

Crédits : vocivus. (Avatar) - Joy (Gif)

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Mar 23 Oct - 4:41


What happened ?
Feat Willow Hohenheim
Un atelier pour défaire les liens qui nous attachaient à des sentiments que nous ne contrôlons pas. C'est une idée. Je pourrai essayer de prendre de la distance sur ce que je ressens pour tous ces gens, on pourrait se mettre d'accord... Comme des putains de jury à un concours. On se passerait les photos des candidats & on trierait.
Ce serait amusant, malheureusement, ce n'est pas aussi simple... Je sais qu'elle en a conscience. Pourtant, elle arrive à garder une certaine distance avec les autres que je n'ai malheureusement plus. Si hier, je riais qu'on me rejette, aujourd'hui j'ai encore du mal à imaginer ma vie sans Irma. Pourtant, c'était ce qu'il se passait. & c'était ce qu'il y avait de mieux, pour elle comme pour moi. Putain, j'en suis sûr. Je sais pas à quoi elle pensait, mais ... Elle a bien fait. C'est tout.
Elle est peut-être en colère, mais elle a bien fait. Qu'elle se le mette dans son crâne d'âme martyre. Deux ténèbres... On va se dévorer jusqu'à la moelle.

Elle rigole, Willow. & elle m'arrache un sourire quand elle me demande depuis que je m'enquière de sa santé. Depuis toujours, sauf que je le demande pas... j'observe, j'ai pas besoin de demander. Je l'ai demandé pour alléger cette putain de conversation qui tournait un peu trop autour de moi. & vu son sarcasme, je sais aussi qu'elle en a conscience.
C'est notre connexion.
Elle sait, je sais. On a pas toujours besoin de parole pour se comprendre. Nous sommes la même part de ténèbres & nous avançons à la même vitesse... Mais j'ai décidé de mettre un foutu pied dans la lumière alors qu'elle recule dans les ténèbres.
Notre différence, elle est là. & plus, j'avance vers ma blonde, plus je creuse le fossé entre les deux seules & uniques femmes qui me comprennent & me soutiennent.
J'en ai déjà perdu une, perdrais-je la seconde ?
Non, parce que Willow ne m'a pas approprié & nous n'avons jamais joué à ce jeu dangereux... On savait qu'on se brulerait, Irma.
On le savait.

Un putain de rayon de soleil. Mon sourire s'élargit davantage, elle utilise tes mots. C'est amusant. Mais pas vraiment surprenant, même si nous parlons peu, nous analysons beaucoup. Des habitudes, des tics de langage... On capte tout, on s'approprie, on prend le bon, on jette le mauvais. On garde l'info essentielle, on chasse le reste.
C'est notre mode de fonctionnement, l'observation. Le contrôle.
La spontanéité, la surprise... Peu pour nous. & le monde tourne autour de nous, parce qu'avant de voir la souffrance des autres, c'est surtout la nôtre qui nous consume. On se laisse manger de l'intérieur, usant de sarcasme & d'humiliation pour appeler à l'aide tout en rejetant le contact humain. C'est si difficile de comprendre comment nous essayons de vivre... Être aimé revient à espérer l'impossible, pourtant... elle a laissé ma suie lui caresser ses cuisses, à la marquer de façon indélébile. Elle m'a laissé pénétrer son esprit pour que je puisse lui empoisonner, alors qu'elle m'apprend à vivre autrement que dans la peur & le rejet.
Je l'empoisonne.
Ça a toujours été ma crainte. Je vais la détruire avant même de foutre le genou à terre & lui demander de me suivre... je sais même pas où elle va me suivre. Je veux juste qu'elle porte mon nom, qu'elle respire le même air. La voir au réveil toute décoiffé & son sourire taquin. Voir ses sourcils se froncer parce que je baillerai la bouche ouverte sans mettre la main devant...
Je veux qu'elle soit ma Bonnie alors que je serai son Clyde.
Ouais, elle était mon opposé. Elle faisait rien comme moi, elle réfléchit même pas comme moi.
Pourtant, dans son regard, je vois qu'elle me voit différemment des autres. C'est profond, c'est... différent de la haine. C'est pur, c'est chaste... & rien qu'à moi. Alors je lui réponds. Je me contente de hocher la tête à chaque affirmation.
Je détourne mon regard une fois que je suis sûr qu'elle ne repassera pas... ma blonde. & je me concentre sur un petit caillou.

Le silence est d'or entre nous. Il n'est pas gênant, il est reposant. On a pas besoin de beaucoup de mots pour se contenter.
On a juste du temps à tuer, de l'espoir à transpirer... & de la peur à gérer. « On fait un truc avec le club d'échec, tu devrais passer faire un tour. » Ouais info balancée à la va-vite. Je baille.
Je sais qu'elle est tourmentée par ses démons, mais je ne poserai aucune question, c'est à elle d'en parler alors je me redresse & je m'étire. « On rentre ? Je crois qu'on peut demander des chocolats chauds dans la grande salle. » Je lui tends le bras pour qu'elle le passe dessous.

©️ FRIMELDA




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 226

Sablier : 22

Double Compte : Ambitious dreamer : Nausicãa Ponds& Lost princess : Ariange Hugo

Convictions : Enfant ayant grandis au milieu de diverses cultures, elle n'a que faire des origines de tout un chacun. Bien qu'elle ait certains préjugés sur les sangs-purs, se montrant médisante envers ceux prônant la supériorité du sang.

Associations & Clubs : Membre du Daily ainsi que du club de botanique

Matières en Option : DFCM; Potion; Botanique; Métamorphose; Sortilège + Arithmencie&Soins aux créatures magiques

Avatar : Damn Vanessa sexy Morgan

Crédits : vava : ©damn georgous Taliesin signa: ©astra

MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï Ven 26 Oct - 19:58


What happened ?
Tu lui proposais souvent des idées à la con, lui sortait des conneries plus grosses que toi, mais elles avaient toujours cette particularité de détenir un fond de vérité, que tu savais, Alek comprendrait. Car à la final, vous ne formiez qu'un, façonnez dans une obscurité identique que vous n'aviez jamais fait le moindre effort pour quitter. Tout du moins, cela était vrai jusqu'à il y a quelques temps encore. Car le russe, il avait fait un pas. Un pas infime, et pourtant significatif pour vous : il s'était avancé dans la lumière, vers le bonheur. Ça t'effrayais un peu pour lui, même si tu ne daignerais jamais l'avouer. T'avais cette crainte qu'il se rétame la gueule à la lisière du sésame, que la chimère d'une vie heureuse lui effleure seulement le visage avant de lui claquer salement qu'il ne resterait à jamais qu'une âme en peine, un pauvre mec perdue destiné à finir son existence seul. T'avais peur pour lui comme t'aurais eu peur pour toi.

T'avais toujours du mal à croire que son cœur s'était épris de cette femme. Diane. De celle que tu ne connaissais que trop bien, avec laquelle tu avais partagé bien des moments intimes. Car elle faisait partie de cette famille qui t'avais recueillis, car elle était la nièce de ton parrain, et de ce fait, vous aviez souvent été amenés à vous côtoyez, quand bien même tu ne l'aurais pas souhaité. Et t'avais finit par t'attacher à elle, inévitablement. C'est surtout au moment où elle a perdu sa sœur, Cassandre, que tu t'es rapproché d'elle. T'as tenté de l'épauler à ta façon, afin de lui éviter de devenir comme toi. Comme vous. Et t'as toujours su qu'elle ne faisait que renié la vérité, qu'elle n'avait toujours pas fait son deuil. Et toi t'étais là comme une conne à enfoncer la couteau dans la plaie afin qu'elle se défasse enfin de ce fardeau.

Et savoir qu'Alek s'était éprise d'elle... Ça te rassurais autant que cela t'effrayais. Car tu savais qu'elle pourrait le rendre heureux, tout comme la réciproque était vrai. Même si cela leur demanderait du temps, des sacrifices. Tu ne doutais pourtant pas du couple scintillant qu'ils pourraient former, malgré les épreuves qu'ils auraient à traverser. Non, ce qui t'effrayais, c'était la destinée de Diane. T'avais souvent entendu dire ses parents qu'elle serait fiancé à un sang-pur, connerie débile, dans l'unique but de préserver l'éclat de leur lignée. Et ça, ça te faisais flipper. Car tu savais qu'elle y échapperait pas. Et t'étais pas certaine que cette épreuve-ci, ils pourraient la surmonter, l'anglaise et le russe. Coup du destin destiné à les séparer, à briser leur idylle naissante. Et ça te tourmentais aussi car tu savais qu'Alek passerait avant tout. Avant elle. Tu savais que si elle le blessait, ça te plongerais dans une rage folle et que tu serais capable d'oublier tes attaches avec elle pour le venger. Même si tu savais qu'il ne le voudrait, qu'il te foutrait sûrement ta connerie dans la gueule si ça devait arriver. Mais tu savais que ce serait plus fort que toi. Et c'était toutes ces incertitudes qui t'inquiétais pour lui. Pour eux.

Tes mots arrachent un sourire à ton interlocuteur, et au fond, ça te fais du bien de le voir sourire. Tu n'aurais su dire pourquoi, cela importait peu qui plus est, ça réchauffais un peu ton cœur de glace, c'est tout ce que tu savais, tout ce qu'il y avait à dire. Votre discussion suit son cours, se fait plus anodine, maintenant que vos palpitants se sont ouverts l'un à l'autre. La légèreté suivant l'épreuve. Vous n'étiez pas doué pour ça de toute façon, parler. Vous confier. Même si tu devais bien reconnaître qu'Alek, lui, savait le faire bien mieux que toi. Il avait sut te parler de cette bénédiction le tourmentant, tandis que tu t’enfermais religieusement dans le mutisme de tes maux. Différences qui s'insinuaient de plus en plus entre vous. Lumière qui bientôt, peut-être, finirait de vous diviser, sans pour autant avoir raison de ce lien unique que vous partagiez. Espoir que tu nourrissais silencieusement.

« Je verrais si je suis pas trop d'humeur assassine.» Que tu réponds à son invitation quant au club d'échec, tout en glissant ton bras sous celui qui t'étais tendu. Te permettant même de venir rencontrer l'épaule du russe de la tienne, étreinte singulière que tu accordais à lui seul. « Du chocolat chaud ? Tu me prends par les sentiments.» Dernière remarque que tu esquisses tandis que vos pas se dirigent vers l'intérieur du château.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What happened ? | Alekseï




Revenir en haut Aller en bas
What happened ? | Alekseï
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Après l'effort, le reconfort. { PV Alekseï } TERMINÉ
» [Macha/Alekseï] ~ De l'enfant des rues au soldat de sa majesté
» Kaona - Kory - Alekseï - Chess - Ekoh - Damon - Aërin
» Come here, we'll be friends. No, just kidding, you'll be my servant. ~ Alekseï
» Avec deux glands en même temps !!!! [PV. Alekseï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome Home :: Hogwarts :: Environs du chateau-
Sauter vers: