AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Intrigues & Event :

Intrigue N°3 :
Tournoi Inter-Maisons

Événement :
Match de quidditch Serdaigle/Serpentard
(25 janvier)
Janvier 1997:

7 janvier :
Rentrée et festin

10 au 18 janvier :
Tournoi Inter-Maisons




Années

❖ Nous manquons d'élèves pour les quatre premières années.

Pour retrouver l'effectif total des membres répartis
par années et maisons, rendez-vous ici !


Maisons

❖ Les Serdaigles se font rares !
Les Serpentards sont désormais interdits (sauf PVs !) de façon temporaire !
Venez repeupler les bleus & les rouges ! ;)


Réel besoin de GRYFFONDORS.
Merci de privilégier les Sangs mêlés ou Nés Moldus.
Les familles Sang-Pur inventées sont interdites.

Partagez|

You're welcome ft Theo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Parchemins : 2371

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright

Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Eilera

MessageSujet: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 10:15

You're welcome
Just leave me alone
Cette année scolaire était un véritable cauchemar. Entre l’annonce du travail en binôme, les sélections de Quidditch, et ses BUSES en fin d’année, Ginny avait  l’impression qu’elle n’allait pas pouvoir tenir la longue. Elle n’arrivait même pas à se poser plus d’une demi-heure pour faire ses devoirs sans que quelqu’un ne vienne l’embêter. Aussi, en fin de journée, alors que le couvre-feu pointait dangereusement le bout de son nez, la rouquine attrapa son sac, et se faufila hors de la salle commune le plus discrètement possible. Elle ne savait pas bien où aller, mais il lui fallait du calme. Il lui fallait s’éloigner des rouge et or qui ne faisaient que de se plaindre des Serpentard. La difficulté était de ne pas se faire attraper par un préfet.

Certes, sa dernière rencontre fortuite avec l’un d’entre eux n’avait pas été désagréable… elle en gardait même un bon souvenir. Mais elle avait conscience d’avoir eu beaucoup de chance. Si elle tombait sur un préfet vert et argent, pas sure qu’elle ne s’en sorte indemne.  Plusieurs fois, la jeune fille dut faire des détours. Elle croisa en tout deux fantômes, un professeur, et un préfet. Grâce aux jumeaux, elle connaissait - PRESQUE - le moindre recoin du château. Elle n’avait certes pas la carte avec elle, mais de mémoire, elle pouvait s’en sortir.

Ginny monta des escaliers, en descendit. Elle ne trouvait pas le coin parfait pour se poser. Ca en devenait même agaçant. Elle n’avait pas toute la nuit non plus ! Finalement, elle se retrouva au Septième étage, et crut devenir folle. Elle n’allait tout de même pas retourné dans sa salle commune, bredouille. La jeune fille marqua une pause dans un couloir vide et poussa un soupire. Fermant les yeux, elle se massa les tempes, réfléchissant au meilleur endroit pour étudier. Ca ne servait à rien de déambuler dans les couloirs sans but précis. Elle se mettait en danger pour rien.

Elle en était là dans ses réflexions lorsqu’un bruit assourdissant se fit sur sa droite, la faisant sursauter. Sur le mur auparavant vierge se trouvait à présent une porte ! D’où sortait-elle ? Elle l’ignorait. Mais  pouvait-on encore s’étonner des mystères que refermaient le château ? Un peu hésitante, Ginny s’approcha de la porte. Ses sourcils étaient froncés, elle ne savait pas si elle devait prendre le risque de l’ouvrir ou non. Toutefois, le courage attribué à sa maison lui donna la force nécessaire, et bientôt sa main se posa sur la poignée de porte. Celle-ci s’ouvrit dans un petit grincement, et Ginny s’avança, sans se rendre compte que quelqu’un la suivait de près....

(suite dans le prochain message)

code by bat'phanie





❝ Woman Warrior ❞ If you look into the distance, there's a house upon the hill Guiding like a lighthouse to a place where you'll be Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way
I will leave the light on


Dernière édition par Ginny Weasley le Mer 7 Fév - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2371

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright

Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Eilera

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 10:16

Lancer de dés :

chiffre pair : La pièce était grande, énorme. Sur les murs, des étagères remplies de milliers de livres. Sur le sol, uniquement d’énormes coussins. On ne voyait même plus le sol. Cette vision fit sourire la rouquine qui devait bien le reconnaitre : elle avait tendance à travailler en tailleur sur son lit, plutôt que bien droite sur une table et une chaise.  La perspective de se jeter sur ces assises visiblement très confortables la traversa un bref moment. Elle hésita, et finalement, après avoir laissé tomber son sac par terre, succomba à la tentation en éclatant de rire.


chiffre impair : Des dizaines de bougies éclairaient une petite pièce aux allures chaleureuses et confortables. Au centre, une table ronde trônait, appel inéducable au travail. A côté, un canapé et une déserte, offrant des sucreries, ses préférées. Est-ce que ces derniers étaient apparus comme par magie ? A sa demande ? Est-ce qu’ils étaient seulement comestibles ?! Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir… Elle traversa l’espace qui la séparait du canapé. Son sac fut jeté sur la table. Elle travaillerait un peu plus tard. Ces caramels, Fizwizbiz, Fondants du Chaudron et Gnomes au poivre lui faisaient de l’œil.

Hors Jeu:
 





❝ Woman Warrior ❞ If you look into the distance, there's a house upon the hill Guiding like a lighthouse to a place where you'll be Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way
I will leave the light on


Dernière édition par Ginny Weasley le Mer 7 Fév - 10:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 990

Sablier : 280


MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 10:16

Le membre 'Ginny Weasley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le Destin' : 1



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-home.forumactif.com

avatar




Parchemins : 5631

Sablier : 32

Double Compte : harry potter, aimant à problèmes since 1980

Convictions : scribe, c'est une bonne situation ça ?

Associations & Clubs : préfet des serpentards & gardien de l'équipe

Matières en Option : arithmancie, études des runes

Avatar : max irons

Crédits : av,antiope ; gif/tumblr

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 20:40


« Je prends les trois derniers étages. » La ronde ne faisait que commencer que déjà Theodore imposait ses choix. La préfète des Poufsouffles n'allait pas le voir de la soirée et il n'aurait pas à l'entendre geindre. Non pas qu'il la connaissait assez pour assumer qu'elle le ferait, mais il ne voulait tout simplement pas établir de relation, de discussion, rien. Que le minimum requis, celui de faire leurs rondes et de rentrer se coucher juste après. Il n'appréciait que peu de Poufsouffles mais celle-ci ne lui plaisait déjà pas des masses. Trop jaune et noire, trop volontaire, trop souriante, d'apparence trop bavarde et trop agaçante. Et il n'attendit guère qu'elle poursuive leur échange qu'il avait déjà tourné ses talons pour monter les escaliers mouvants du château. Il lui faisait une fleur de s'occuper de ces trois derniers étages. Ceux-ci étant à l'autre bout du château, il marcherait beaucoup plus et prendrait plus de temps pour revenir aux cachots. Ce qu'il se privait de lui dire néanmoins, c'était qu'à ses yeux, c'était les couloirs les plus avantageux et intéressants. Il était certain de croiser au moins un bouffondor -merci Nathan pour le surnom- ou une volaille bleue et bronze, en dehors de leurs tours. Les lionceaux pour faire des idioties habituelles, les oisillons pour aller à la bibliothèque en plein milieu de la nuit. C'était peut-être stéréotypé, mais c'était aussi puant de vérité. Au moins on savait que lorsque les blaireaux se levaient, c'était pour aller taper dans les tiroirs des cuisines de Poudlard. Les verts et argents eux, ils étaient parfait. Si par le plus grand des hasards, Theodore en voyait un en dehors de leurs cachots, c'était bien évidemment pour porter secours à Miss Teigne ou créer des potions positives pour leurs congénères. Bons samaritains qu'ils étaient, le Nott avait le cœur gonflé de fierté envers eux.
Et le cinquième étage était d'un ennui mortel, les statues totalement inanimées, la salle de bain des préfets exemptée d'amants. Au grand dam du serpent, le sixième fut tout aussi calme. Pas d'élève à sermonner, pas de tableau à saluer. Ils étaient tous endormis -ou presque mais theodore ne voulait pas savoir ce que la vieille batilda faisait chez elle avec l'homme du tableau du second étage. A croire que personne ne voulait s'amuser avec lui ce soir, le jeune Nott eut enfin un regain d'espoir lorsqu'il entendit de l'agitation au septième étage. Croisant un fantôme ayant plaqué sa main sur sa bouche après un bref regard malicieux, Theodore accélera le pas et arriva tout juste à temps dans le couloir où l'étudiant encore debout se rendait fautif. Il n'eut guère le temps de reconnaître qui c'était que la porte où celui-ci venait de s'engouffrer, se refermait déjà. Alors le brun courut prestement jusqu'à celle-ci et se faufila inetremis dans cette salle dont il n'avait jamais remarqué l'existence. Où avait-il mis les pieds ?

Il n'en savait trop rien. Un peu jaloux et frustré de ne jamais avoir connu cette salle avant, sachant qu'elle semblait accueillir toute l'atmosphère calme et studieuse adéquate à la lecture et les études. Les bougies ajoutaient un petit côté romantique médiévale que Theodore trouvait un peu too much, mais pourquoi pas, il pourrait rentrer dans le délire si cela signifiait être seul et tranquille. Et il l'observa, la lionne, se précipiter sur ces cochonneries que supportait la déserte. Heureux qu'elle n'ait pas remarqué sa présence, il resta tapis dans l'ombre quelques instants avant de la surprendre de sa voix la plus rauque. « Alors, tu veux que je te retire des points maintenant ou après ? » Le brun s'approcha d'elle, un fin sourire narquois étirant ses lèvres. Il s'assit sur le canapé avec nonchalance avant de plonger sa main dans le bocal à caramels, d'en sortir un et de le porter à sa boucher pour le déguster. Enfin de l'action durant cette ronde. Et puis il n'était pas tombé sur n'importe qui. Weasley jr. Peut-être la seule qui avait un semblant de son respect de toute sa famille de rouquins maladroits. « On t'offre un espace idéal pour travailler et toi tu te jettes sur les sucreries.. Que dirait Granger ? » Un faux soupire d'exaspération dépassant ses lèvres, il jubilait. Car il avait le pouvoir dans cette situation et que ce coquart qu'elle lui avait laissé, il s'en souvenait encore. Son égo s'en souvenait encore et son égo, ferait surement des siennes. Il avait tout de même envie de lui poser la question fatidique qui lui brûlait les lèvres : qu'est-ce que c'était que cet endroit ? Ne voulant pas s'abaisser à lui avouerston manque de connaissance, il s'humidifiait seulement les lèvres, quelque peu frustré.
Lorsque soudain, un bruit survint près d'eux, un bruit effrayant qui semblait sortir d'outre-tombe. Un bruit leur faisant dresser le poil, tant il semblait menaçant et provenant d'une créature imposante. Cette pièce à la taille considérable possédait également une pénombre plus que présente et de celle-ci, ils étaient incapables de distinguer d'où venait ce bruit. Lentement alors, Theodore se releva du canapé, sortant sa baguette. « Non mais c'est quoi ce bordel. »







Fearless child, broken boy;
Tell me what it's like to burn.
moodboard de theodore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 5631

Sablier : 32

Double Compte : harry potter, aimant à problèmes since 1980

Convictions : scribe, c'est une bonne situation ça ?

Associations & Clubs : préfet des serpentards & gardien de l'équipe

Matières en Option : arithmancie, études des runes

Avatar : max irons

Crédits : av,antiope ; gif/tumblr

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 20:41

Lancer de dés :
pairs : Un énorme monstre sort de l'ombre. Celui-ci ressemble à un hybride entre une araignée féroce et un poisson d'argent dégouttant. Les deux étudiants reculent et le monstre récupère les bonbons avant de repartir dans l'ombre comme si de rien était. On entend enfin un rot énorme en écho du côté de la pièce ou le monstre s'en est allé. Elle a mangé ses enfants les bonbons.
impairs : Un énorme monstre sort de l'ombre. Une sorte d'énorme salamandre commence à leur cracher du feu tandis qu'elle récupère les bonbons comme si c'était ses enfant. Les étudiants reculent. Ginny est touchée au bras, Theodore tombe à reculons sur Ginny lorsque la salamandre a essayé de le fouetter avec sa queue en feu. Dans la chute, Theodore est assit sur la gryffondor.







Fearless child, broken boy;
Tell me what it's like to burn.
moodboard de theodore



Dernière édition par Theodore Nott le Mer 7 Fév - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 990

Sablier : 280


MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Mer 7 Fév - 20:41

Le membre 'Theodore Nott' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le Destin' : 5



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-home.forumactif.com

avatar


Parchemins : 2371

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright

Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Eilera

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Ven 9 Fév - 17:26

You're welcome
Just leave me alone
« Alors, tu veux que je te retire des points maintenant ou après ? » 
Ginny se figea, le caramel venant tout juste de franchir le seuil de ses lèvres, sa main encore au niveau de sa bouche. Elle ignorait comment elle avait pu atterrir dans un endroit comme celui-ci. Elle ignorait également comment quelqu’un avait pu la suivre et entrer sans même qu’elle ne s’en rende compte… Mais ne dit-on pas que les serpents sont silencieux… jusqu’à ce qu’ils viennent vous étrangler dans votre sommeil. D’un geste lent, la rouquine laissa retomber son bras, tout en se retournant. La première chose qu’elle vit fut le sourire narquois de Théodore Nott, fidèle à lui-même. Il semblait d’ailleurs fier de son coup, alors qu’il se servait à son tour de confiseries, et s’asseyait sur le canapé. « Si je te réponds : Jamais. Ça te va comme réponse ? » Ces préfets qui utilisaient leur privilège à outrance… Bon ok, Ginny n’avait rien à faire debout à cette heure-ci. Enfin si, c’était normal qu’elle soit encore réveillée –elle était jeune par Merlin – mais pas en train de se promener dans les couloirs du Château. Elle ne ferait pas le plaisir de l’avouer à voix haute devant le serpentard. 

« On t'offre un espace idéal pour travailler et toi tu te jettes sur les sucreries.. Que dirait Granger ? » Face à son air faussement exaspéré, Ginny leva les yeux au ciel, croisant les bras sur sa poitrine. « Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je m’appelle pas Hermione. Et je ne lui ressemble pas. Elle a beau être mon amie, je ne cautionne pas son… gout exagéré pour les devoirs… » Se faisant, elle eut même une grimace. Elle adorait Hermione, mais franchement… il y avait tellement plus passionnant que les bouquins et les devoirs dans la vie. Ginny avait sans cesse l’impression de perdre son temps en grattant ses morceaux de parchemin. Ce qu’elle aimait, c’était l’action. La pratique. Le Quidditch. Et les sucreries ! D’ailleurs, en parlant de ça. « Rappelle moi ce que tu es en train de manger, Nott… » C’était Sainte Mangouste qui se moquait de Madame Pomfresh. « On t'offre un Gryffondor sur un plateau, et toi tu te jettes sur les sucreries… Que dirait Malefoy ? » Son visage se tordit d’un sourire moqueur, alors qu’elle attrapait un autre caramel. Ces petits trucs, c’était son péché mignon. Elle aurait pu se nourrir uniquement de ça jusqu’à la fin de sa vie. Ses fesses et ses cuisses ne la remercieraient sans doute pas, mais qu’importe ! C’était trop bon !

Un bruit s’éleva soudain près d’eux, la faisant avaler de travers. Alors qu’elle toussait, les larmes aux yeux, elle balaya la pièce du regard pour identifier l’origine de ce cri effrayant. En vain. En même temps que Theodore, Ginny attrapa sa baguette dans la poche de son jean et la tendit face à elle.  « Non mais c'est quoi ce bordel. » Elle n’aurait pas dit mieux… En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, une salamandre sortit de l’ombre et fonça droit dans leur direction. Un jet de feu les atteignit, et Ginny n’eut pas le temps de se défendre, ou même de dévier de sa trajectoire. Son bras fut touché, et elle serra les dents en sentant la brulure sur sa peau. « Gnn ! » Comme si cela ne suffisait pas, la jeune femme se retrouva à terre, sous le serpentard, suite à la chute de ce dernier. Elle eut juste un aperçu de la salamandre en train de récupérer tous les bonbons, avant que celle-ci ne disparaisse de nouveau dans l’ombre. Ne plus la voir n’était pas plus rassurant, mais avec la dose de sucrerie qu’elle avait embarqué, elle ne risquait pas de revenir de sitôt...si ? « Par merlin ! J’aurai du me douter que des bonbons gratos, c’était forcément trop beau pour être vrai… » Ginny laissa sa tête retombée par terre. Elle se tenait le bras en grimaçant, et son ainé était toujours sur elle. « T’es lourd, Nott… » Elle fit mine de se lever pour bousculer le serpentard, mais ne put que se rasseoir de son côté. Son teint de rousse, d’habitude enclin à rougir facilement, était beaucoup trop pale, sous l’effet de la douleur. C'était vraiment une journée merdique… jusqu’au bout…

Avisant le regard du serpentard sur elle, Ginny vit rouge : « C'est bon, enlève moi des points et va t-en ! J'ai autre chose à faire que de me prendre la tête avec toi, ce soir ! » La colère lui redonnait un peu de couleur. Elle se releva difficilement, et alla s'asseoir sur le canapé en soupirant. Son regard jetait de temps en temps des coups d'oeil vers l'endroit où avait disparu la salamandre. A présent qu'il ne restait plus aucun bonbon...elle n'allait pas revenir, n'est-ce pas ?

code by bat'phanie





❝ Woman Warrior ❞ If you look into the distance, there's a house upon the hill Guiding like a lighthouse to a place where you'll be Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way
I will leave the light on
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 5631

Sablier : 32

Double Compte : harry potter, aimant à problèmes since 1980

Convictions : scribe, c'est une bonne situation ça ?

Associations & Clubs : préfet des serpentards & gardien de l'équipe

Matières en Option : arithmancie, études des runes

Avatar : max irons

Crédits : av,antiope ; gif/tumblr

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Ven 16 Fév - 2:39

« Si je te réponds : Jamais. Ça te va comme réponse ? » il aimait le mordant de la lionne, depuis toujours. Que ce soit sur un terrain de quidditch ou dans les couloirs lorsqu'elle se faisait ennuyer par d'autres, il redoutait même son sort de chauvefurie qu'il avait vu en action un jour. Il ne faisait pas parti des amis proches de la dernière des Weasley, encore moins de ceux qui possédaient ne serait-ce que son amitié, mais il la connaissait quelque peu tout de même. A sa manière d'observateur silencieux, il l'avait vu arriver au château et grandir, comme tout autre élève de l'école ayant un minimum d'observation. Elle avait subit quelques péripéties en seconde année, le genre d'aventure qui fait grimacer et croiser les doigts pour ne jamais la vivre. Mais c'était ce qui attendait quiconque figurant parmi les proches de Potter, destin tragique des amis du survivant, être dans son ombre mais subir tout de même la poisse attirée par son nom. Il ne la plaignait pas, il ne l'appréciait pas non plus, il la tolérait. Comme quatre-vingt dix huit pourcent du reste de l'école. Malgré tout, un fin sourire étira ses lèvres lorsqu'elle lui répondit de la sorte. Il n'y avait pas à dire, il aimait les proies qui avaient du répondant. Et il l'attaquait alors sur une remarque tout droit sortie du répertoire à Granger. Le genre de remontrance que son amie pourrait lui sortir si elle-même assistait à sa non-dévotion pour ses cours. Il avait ce petit côté chieur, prétentieux, Granger, en lui qu'il assumait de temps en temps. En l'occurrence, maintenant justement. Et la rouquine lui rappela qu'elle n'était pas la miss-je-sais-tout qu'était son amie, qu'il mangeait lui aussi des bonbons. « On t'offre un Gryffondor sur un plateau, et toi tu te jettes sur les sucreries… Que dirait Malefoy ? » Un sourcil relevé, il s'était redressé sur ses coudes, un sourire arrogant étirant ses lippes. « Personne n'a dit que c'était mal de mélanger les plaisirs.. Et ne t'en fais pas, la lionne ne va pas disparaitre pendant que j'avale une ou deux sucreries gratuites. » Et alors qu'il sortait de son emballage un autre caramel tendre, il commentait d'une voix sombre « Et je suis loin d'être Malefoy. » Il disait vrai. Si le blond était là, Weasley junior serait déjà dans le bureau d'un directeur de maison, entendant les plaintes du fils à papa le plus imbu de lui même des serpentards.
Mais ils n'eurent guère le temps de faire plus la conversation, qu'un cri les paralysèrent un instant. Un cri d'une bête semblant effroyable, sortant de l'au delà. Une salamandre, tapant puissamment de sa queue sur le sol près d'eux, sortait de son ombre, les attaquants. « Mais bordel Weasley, c'est quoi cette pièce maudite ? » Les jurons pourraient pleuvoir, s'il n'était pas stoppé dans sa course en voyant Ginny se faire frapper par la créature, au bras. Sa baguette en l'air, Theodore essaya quelques sorts offensifs et défensifs de sa connaissance, en vain. Non pas que ses sortilèges ne réussissaient pas, il n'avait tout simplement pas le bon sort adéquat pour contrer cette salamandre. Alors il râla intérieurement, se promettant de faire des recherches sur les sorts offensifs contre un monstre de ce genre, au cas où sa route recroise son chemin. La créature s'éloigna, emportant les friandises. Drôle de soirée. Le cœur encore battant, il écouta Ginny râler. « Par merlin ! J’aurai du me douter que des bonbons gratos, c’était forcément trop beau pour être vrai… » La mine toujours inquiète, assit sur la lionne après avoir été projeté en arrière, il ne pouvait qu'approuver. « T’es lourd, Nott… » Le vert et argent se poussa rapidement sur le côté tandis qu'elle amorçait le même geste. Et la pâleur de la rouquine ne lui plaisait pas. Elle semblait vraiment être proie à une vive douleur.
Assit à ses côtés, au sol, son rythme cardiaque commençait à retrouver un rythme normal au bout d'une bonne minute, tandis que la pâleur de sa camarade ne faisait que s'empirer. « C'est bon, enlève moi des points et va t-en ! J'ai autre chose à faire que de me prendre la tête avec toi, ce soir ! » Alors il se souvint, tout d'un coup, de ce geste l'an dernier. De ce dernier match gryffondor/serpentard, où elle lui avait envoyé son coude en pleine tête. Poursuiveuse qu'elle était, elle s'était débrouillée, on ne sait comment, pour amocher le plus charismatique des serpents. Et il avait dû être remplacé le temps de dix minutes, afin de rependre ses esprits. Revenant au match avec un énorme coquart, il avait remercié Merlin de ne pas s'être pris un cognard qui lui, aurait pu le tuer. Et c'est avec surprise qu'elle lui avait lancé une crème contre son torse, une heure plus tard, sortant des vestiaires. D'abord dubitatif, il n'avait rien dit, la cachant dans sa poche. Le soir même, le miracle avait opéré et il avait pu rouvrir l’œil au bout de quelques minutes d'application. Et ce geste resta ancré dans sa mémoire, comme un signe avenant de la part de la lionne qu'il pensait butée et idiote comme son frère. Un geste qu'il n'aurait peut-être pas lui-même fait envers elle, si les rôles avaient été inversés.
C'est pour cela qu'aujourd'hui, il n'hésita pas vraiment longtemps avant de lui attraper le bras. « Laisse moi voir ça. » Son ton s'était fait autoritaire, elle n'avait pas d'échappatoire. Il observait alors la brûlure afin de voir les dégâts, la profondeur et l'étendue. Il n'était pas très habitué à ce genre de blessures, mais il pourrait peut-être l'aider. Alors il tira sa baguette de sa manche et lanca un regard de défi envers la jeune lionne, un instant. Un flamme dansant dans le fond de son regard, afin de savoir si elle lui ferait confiance. Après tout, un serpent agaçant lui touchant le bras, la soignant, tout était réuni pour être craintif et s'en aller à toutes trombes. Pourtant, il voulait tester son courage, à la gryffondor. « Alors la lionne, on a peur du méchant serpent ? » Il aurait peut-être dû se taire, essayer de ne pas lui faire remonter les souvenirs du basilic, mais c'était plus fort que lui. Le brun prononça alors une incantation tiré d'un livre de médicomagie qu'il avait dévoré tout l'été. Cette matière, ce métier, l'attirait énormément depuis quelques temps. Et alors que le sort, d'un long filet blanc, se propageait sur toute sa blessure, Theo se concentrait, retenant sa respiration. Le sort demandait de l'énergie et une bonne dose de concentration, tandis que la brûlure devait s'atténuer, peu à peu. Il lui resterait une trace bien évidemment, car il n'était pas faiseur de miracles. Mais elle saurait soigner ce qu'il lui resterait. Au mieux, il lui enlevait à cet instant, petit à petit, la douleur qui semblait tant la perturber. Et alors que cela faisait bien une à deux longues minutes qu'il appliquait ce sort, il fut satisfait d’apercevoir que la blessure avait fortement diminuée en taille. Theodore relâcha sa respiration pour de bon, tandis que ses iris revenaient observer le visage de la rouquine, satisfait de voir qu'elle avait repris des couleurs. « Il va sérieusement falloir avoir une conversation sérieuse avec le directeur à propos de tous les dangers qui rôdent dans ce foutu château.. » pester, c'était sa seconde nature lorsqu'il était frustré. Il n'était guère ravi de s'être fait avoir par une créature de l'ombre, de ne plus avoir ses caramels si bons et d'avoir failli à son devoir de préfet de protéger un élève alors qu'il était présent. « On est quitte Weasley. » Il ne comptait pas lui demander si elle allait mieux, il le savait rien qu'en la détaillant. Elle allait de nouveau pouvoir rugir et cracher des poils. Parce que dans l'esprit du Nott, c'était exactement ce qu'ils faisaient de leur temps libre, les bouffondors. Il restait assit à ses côtés, attendant une réponse, tandis qu'il passait une main dans ses cheveux et se tenait avec nonchalance désormais, une main en arrière, sur le sol froid. « Ah et, ta crème pue les pieds de troll. T'aurais pu ajouter un sort odorant à la rose ou un truc du genre, apparemment vous aimez ça vous les filles.. » Un sourire narquois sur les lèvres, c'était un peu sa manière de la remercier, sans vraiment le faire.







Fearless child, broken boy;
Tell me what it's like to burn.
moodboard de theodore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2371

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright

Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Eilera

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Ven 23 Fév - 13:14

You're welcome
Just leave me alone

« Mais bordel Weasley, c'est quoi cette pièce maudite ? »  Bonne question ! Ginny l’ignorait, mais ça lui donnait des frissons dans le dos. Ce Château allait avoir sa peau un jour ! Il était beaucoup trop dangereux. Il suffisait de se détendre, de se reposer sur ses lauriers, pour qu’une merde vous tombe sur le coin du visage. En l’occurrence, ici, une salamandre. Ginny ne fut pas assez rapide. Malgré sa baguette, elle fut blessée au bras et se retrouva au sol, un serpentard sur elle. Génial… vraiment génial… Tant bien que mal, la jeune femme se redressa. Elle repoussa le jeune homme, et l’envoya paitre. Qu’il lui enlève des points. Elle en avait assez. Elle était fatiguée, elle était lasse, et surtout, elle avait mal. La brulure s’imprimait dans sa chair, lui faisant serrer les dents et pâlir sa peau de rousse. Les yeux fermés, elle voulait juste que tout s’arrête et que la douleur disparaisse. Sa tête posée sur le siège du canapé contre lequel elle était appuyée, elle poussa un long soupire, trahissant son état.

Bientôt, une main fraiche attrapa son bras blessé. De surprise, Ginny sursauta et rouvrit les yeux, ramenant son bras vers elle par réflexe. « Laisse-moi voir ça. »  « Surement pas ! »  Mais il ne l’écoutait pas. Autoritaire, il reprit son bras et observa sa blessure. Ginny n’avait pas spécialement confiance, mais elle n’avait pas non plus de force pour se rebeller ou lui dire de partir. Ses forces semblaient la quitter. Sa tête était lourde. A travers ses paupières, ses yeux brillaient de fatigue et de douleur. Elle croisa le regard plein de défis de Theo, alors qu’il avait ressorti sa baguette. Que comptait-il faire ? L’aider ? La guérir ? Profiter de sa faiblesse ? L’attaquer ? Elle l’ignorait. Elle n’était pas sur de vraiment vouloir le savoir non plus, d’ailleurs… « Alors la lionne, on a peur du méchant serpent ? »  Un faible sourire apparut sur les lèvres de la gryffondor alors qu’elle émettait un son dédaigneux avec son nez. « Peur que ta suffisance t’étrangle petit reptile… » . Elle ne pensa même pas au Basilic et aux souvenirs qu’il aurait pu ramener.  Ses yeux se refermèrent, montrant ainsi qu’elle lui laissait carte blanche et abandonnait toute méfiance à son égard… du moins un peu… espérons qu’elle ne se trompait pas. De toute manière, pouvait-elle tomber plus bas ?  La chaleur désagréable de la brulure fut bientôt remplacée par une chaleur plus soutenable, limite agréable. Ginny entrouvrit légèrement les paupières. Theo était concentré, le visage fermé, les yeux fixés sur sa blessure. Pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi l’aidait-il alors qu’ils se lançaient encore des mots doux quelques minutes auparavant ?

Un souvenir revint alors à la surface. Match des Gryffondor contre Serpentard, l’année dernière. La lutte entre les deux maisons avait été aussi féroce que d’habitude, et en plein mêlée, Ginny avait donné un coup de coude à Théo. Etait-ce un accident, un geste délibéré ? A vrai dire, la rouquine ne s’en souvenait même plus, tant elle avait été dans le feu de l’action. A la fin du match, toutefois, ses yeux s’étaient posé sur le serpentard, et l’énorme coquart qu’il arborait lui avait fait un pincement au cœur. Se sentant légèrement coupable (mais c’était le jeu ma pauvre Lucette !), elle l’avait attendu à la sortie des vestiaires. Là, sans un mot, sans un regard, par fierté et par principe, elle lui avait lancé sa crème fétiche. Celle qu’elle utilisait pour ses propres blessures, et qui lui avait été utile plus d’une fois. Le soir même, elle le voyait dans la grande salle. Son œil avait dégonflé. Satisfaite, elle avait caché un sourire, avant de se replonger dans son assiette. Depuis, ils n’avaient jamais eu l’occasion de se parler, ou de se retrouver seul. Le serpent devait se sentir redevable. Ginny n’avait pas eu ce geste dans l’attente d’un retour. Mais elle devait bien l’avouer, alors que sa brulure disparaissait petit à petit, elle remerciait ce jour où sa compassion avait pris le dessus sur sa rancune contre les verts argents.

Ginny reprit des couleurs. Sa tête était moins lourde. Petit à petit, elle reprenait vie, et cela, elle le devait à ce petit préfet prétentieux.  « Il va sérieusement falloir avoir une conversation sérieuse avec le directeur à propos de tous les dangers qui rôdent dans ce foutu château.. »  « Ça m’arrache la bouche de dire ça, mais pour une fois, je suis d’accord avec toi… »  Admit Ginny avec une grimace alors qu’elle se redressait pour mieux reprendre son appuis sur le bas du canapé. « On est quitte Weasley. »  Elle croisa son regard, hésitant à lui envoyer une nouvelle vanne sur le fait que ce n’était pas une compétition de se retrouver blessé. Mais finalement, elle hocha la tête et dit un simple : « Merci. »  C’était suffisant, et il ne fallait pas non plus trop lui en demander. D’un geste plein de précaution, elle bougea son bras et son épaule. La trace de brulure avait presque disparu. Elle n’allait pas le dire à voix haute, mais elle était impressionnée par le sort de Theo, et la vitesse avec laquelle il avait réussi à la soigner.

« Ah et, ta crème pue les pieds de troll. T'aurais pu ajouter un sort odorant à la rose ou un truc du genre, apparemment vous aimez ça vous les filles.. »  Ginny se figea, leva la tête pour apercevoir le sourire narquois du serpentard, et ne put se retenir de lever les yeux au ciel. Here we go again ! « Je te savais pas si chochotte, Nott. Les pieds de troll, c’est bien l’odeur caractéristiques des mecs dans les vestiaires, non ? Vous, hommes si viriles, et tout et tout… pfff ! »  Elle secoua la tête pour marquer ses paroles, mais elle devait l’avouer, intérieurement, elle s’amusait de cet échange. « Et pourquoi pas senteur orchidée tant que tu y es ? Lavande ? Sucrée ? C’est fait pour être efficace, et guérir. C’est pas un déo…. »  Froncement de sourcils. « D’ailleurs, elle s’appelle revient. Je me doute que tu en as plus besoin de moi, vu tes compétences en Quidditch. Mais ça restait un prêt…. »  D’autant que le prochain match Gryffondor-Serpentard n’allait pas tarder à arriver. Nul doute qu’ils allaient de nouveau s’en mettre plein la poire…
code by bat'phanie





❝ Woman Warrior ❞ If you look into the distance, there's a house upon the hill Guiding like a lighthouse to a place where you'll be Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way
I will leave the light on
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar




Parchemins : 5631

Sablier : 32

Double Compte : harry potter, aimant à problèmes since 1980

Convictions : scribe, c'est une bonne situation ça ?

Associations & Clubs : préfet des serpentards & gardien de l'équipe

Matières en Option : arithmancie, études des runes

Avatar : max irons

Crédits : av,antiope ; gif/tumblr

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Lun 26 Mar - 4:05

La réticence de la jeune lionne à le laisser la soigner le faisait presque sourire. Il n'était pas question qu'elle discute, il comptait bien la soigner avec le peu de connaissance qu'il possédait soin médicomagie, du mal que l'affreuse bête leur avait fait. Il n'était pas vraiment touché, mais la pâleur grandissante chez la plus jeune des Weasley l'inquiétait. Peur que ta suffisance t’étrangle petit reptile… Un fin sourire vint dessiner ses lippes tandis qu'il sentait que la rouge et or lui faisait confiance, fermant ses paupières. Totalement à sa merci, il n'eut aucune idée déplacée ou malsaine envers elle, ce qui ferait siffler bon nombre de serpent qu'il n'utilise pas cette opportunité pour lui nier. Et il se concentra du maximum qu'il le put, saisissant cette opportunité pour s'essayer à ce sort qui lui était connu depuis quelques temps mais dont il n'avait jamais pu en faire l’exercice. Il sentit sa magie prendre place et son énergie peu à peu céder, tant cela demandait de la force et de la concentration. Satisfait de la voir reprendre des couleurs, il l'observa revenir pleinement à elle-même.

Et c'était plus fort que lui, il fallait qu'il l'agace. Un remerciement caché derrière une remarque, l'une des meilleures façons détournées de l'ennuyer tout en s'acquittant une bonne fois pour toute de sa dette. Je te savais pas si chochotte, Nott. Les pieds de troll, c’est bien l’odeur caractéristiques des mecs dans les vestiaires, non ? Vous, hommes si viriles, et tout et tout… pfff ! Amusé de sa répartie, il haussait les épaules soupirant, entrouvrant ta bouche mais la refermant alors qu'elle continuait sa tirade. Et pourquoi pas senteur orchidée tant que tu y es ? Lavande ? Sucrée ? C’est fait pour être efficace, et guérir. C’est pas un déo…. Il se relevait en même temps qu'elle terminait sa phrase, tandis que ses azures rencontraient le plafond un instant. Selon Geignarde, les vestiaires des garçons sont bien plus propres que ceux des filles, alors je parlerais pas trop vite à ta place. Puis, oui, orchidée aurait été un meilleur choix. Pourquoi pas "larmes de Poufousffle" aussi ? Autant allier le pratique à l'agréable ? Sourire narquois sur les lèvres, il l'écoutait terminer. D’ailleurs, elle s’appelle revient. Je me doute que tu en as plus besoin de moi, vu tes compétences en Quidditch. Mais ça restait un prêt…. S’époussetant les habits de gestes rapides et frappants, il releva le regard vers la gryffondor en haussant les sourcils. C'est bien dommage, je l'ai terminée. Mais ne t'inquiètes pas, je t'en repasserais, parfumée aux larmes de ton frère adoré si tu veux, peut-être de celles d'un première année sinon.. Il se dirigea vers la porte de cette salle si particulière. Et, ce n'est pas que je n'aime pas ta présence, enfin.. si, comprends moi bien, tu as épuisé mon quota d'indulgence auprès d'un Gryffondor pour le mois, au moins. Il feignit de soupirer, croisant les bras contre son torse. Mais je ne compte pas rester dans la même pièce qu'une bestiole dangereuse restant dans l'ombre. Et tu devrais faire de même. Alors il pivota les talons et lui ouvrit la porte de la pièce où ils étaient, l'invitant à sortir avant lui, ne lui laissant guère le choix quant à sa présence prolongée ou non en ces lieux. Alors qu'elle dépassait le cadran de la porte devant lui et qu'il l'a refermait, son regard balaya le couloir vide et il se rappela soudainement d'une chose. Dortoirs maintenant. Ah et j'oubliais, cinq points en moins pour Gryffondor pour être en dehors de son dortoir après le couvre feu. Il l'aperçut ouvrir la bouche afin de protester. Et tu peux râler comme tu veux, ça me fera plaisir même.. Sourire en coin, il lui adressa un bref signe de tête et pivota les talons dans la direction opposée, la laissant regagner sa salle commune toute seule. Presque persuadé qu'elle s'obtempérerait, il désirait surtout rentrer aux cachots rapidement, épuisé de sa rencontre avec la rouquine et la salamandre.







Fearless child, broken boy;
Tell me what it's like to burn.
moodboard de theodore

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2371

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright

Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Eilera

MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo Jeu 29 Mar - 10:39

You're welcome
Just leave me alone
Assise par terre, près du serpentard, Ginny avait bien du mal à réaliser tout ce qui venait de se passer : l’apparition de cette salle mystérieuse, les bonbons, Nott, le monstre qui les avait attaqués. C’était peut-être un peu trop pour une seule soirée, la gryffondor n’était pas sure de pouvoir tenir plus longtemps dans de telles circonstances. Theodore l’avait soigné, et c’était tout à son honneur. A présent, ils se trouvaient côte à côte, un peu gauches. Ils n’étaient pas amis. Ils n’étaient pas non plus ennemis. Ils étaient plus proches de l’animosité que de l’adoration, mais, au fond, le respect était là. C’était ce qui leur permettait d’avoir une conversation civilisée, même si parfois quelques piques se faisaient entendre. C’est ce qui leur permettait, aussi, d’aider l’autre lorsque celui-ci se retrouvait en état de difficulté. Cela avait été le cas l’année dernière, c’était le cas aujourd’hui. Ils étaient tous les deux assez intelligents pour se comporter comme tels.  

S’en suivit une discussion un peu surnaturelle. Pour donner le change. Pour plaisanter, taquiner l’autre. Théo aimait pointer du doigt les éléments et choses désagréables, et Ginny avait du répondant. Ils purent ainsi échanger pendant quelques minutes. « Selon Geignarde, les vestiaires des garçons sont bien plus propres que ceux des filles, alors je parlerais pas trop vite à ta place. Puis, oui, orchidée aurait été un meilleur choix. Pourquoi pas "larmes de Poufsouffle" aussi ? Autant allier le pratique à l'agréable ?" « Par Merlin ! Arrêtes ! Quel stéréotype, tu fais ! Et pourquoi pas hurlement d’enfant ? Larmes de nouveau nés ? Tu fais aussi dans les salles de tortures ? »  Elle marqua une pause dramatique avant de demander, les sourcils fronçés : « Attends… ‘selon Geignarde’… ? T’es sérieux ? » Un éclat de rire résonna alors dans la pièce étrange dans laquelle ils se trouvaient. « Tu fais la causette avec Mimi maintenant ? Comme c’est mignon… elle doit être aux anges ! »

Son rire se fit encore attendre quelques secondes avant qu’elle n’en revienne au sujet principal : la crème. Cette crème que Théo ne lui avait toujours rendu. « C'est bien dommage, je l'ai terminée. Mais ne t'inquiètes pas, je t'en repasserais, parfumée aux larmes de ton frère adoré si tu veux, peut-être de celles d'un première année sinon… » Nouveau roulement d’yeux, alors que Ginny se moquait ouvertement de lui. Il fallait que Nott revoie son carnet d’insultes et de menaces. Il se répétait, et il était loin d’être « effrayant ». Le voyant se diriger vers la sortie, Ginny se souvint de nouveau de la pièce où ils étaient, et surtout, du petit accident qu’ils venaient d’avoir. Elle se mit donc debout à son tour, son regard se posant sur la table pour vérifier que son sac s’y trouvait toujours. «  Et, ce n'est pas que je n'aime pas ta présence, enfin.. si, comprends moi bien, tu as épuisé mon quota d'indulgence auprès d'un Gryffondor pour le mois, au moins. » Sourire aux lèvres, la rouquine récupérait son sac « Tu m’en vois ravie. » « Mais je ne compte pas rester dans la même pièce qu'une bestiole dangereuse restant dans l'ombre. Et tu devrais faire de même. »  Ce n’était pas un conseil, mais bien un ordre, Ginny le comprit très  vite. Elle prit cependant tout son temps pour mettre la bretelle de son sac sur son épaule et rejoindre le préfet sur le seuil de la porte. Elle serait partie de toute façon, car, même si elle n’allait pas l’avouer à haute voix, Theo avait raison. Elle ne voulait pas rester dans cet espace confiné avec une créature aussi dangereuse. Au moment de le dépasser, elle lui adressa un regard provocateur, mi-moqueur, mi-je m’en foutiste. Mais avant qu’elle n’ait pu dire quoique ce soit, le serpentard reprenait un ton autoritaire, balançant sa sentence. « Dortoirs maintenant. Ah et j'oubliais, cinq points en moins pour Gryffondor pour être en dehors de son dortoir après le couvre feu. » Salop ! Pensa Ginny alors qu’elle ouvrait la bouche pour l’insulter de toute sa verve. « Et tu peux râler comme tu veux, ça me fera plaisir même. » Goujat ! Sombre crétin ! Crottin d’hippogriffe ! Face de furoncles ! Toutes les insultes qui vinrent dans la tête de Ginny manquèrent de se déverser sur le préfet, qui, déjà, pivotait pour partir dans la direction opposée. Elle le fusilla du regard, bien qu’il ne puisse plus la voir, et mentalement, continua son déversement de haine. Le sale petit ***. Il avait attendu le dernier moment pour cracher son venin. Pendant un temps, elle l’avait presque trouvé humain et sympathique… presque. Qu’à cela ne tienne ! La vengeance est un plat qui se mange froid. …

Avec un haussement d’épaule, Ginny remit une nouvelle fois la bretelle de son sac sur son épaule, celle-ci n’arrêtant pas de glisser. Et après un soupire désespéré, elle rejoignit sa salle commune. Hermione allait la tuer quand elle allait entendre parler de ça…

FIN.

code by bat'phanie





❝ Woman Warrior ❞ If you look into the distance, there's a house upon the hill Guiding like a lighthouse to a place where you'll be Safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way
I will leave the light on
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You're welcome ft Theo




Revenir en haut Aller en bas
You're welcome ft Theo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Theo Walcott [Arsenal]
» Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]
» [M] Theo James ∞ LIBRE
» (m) theo james ✈ pris
» Theo Hutchcraft & Bonnie Wright #009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome Home :: Hogwarts :: Septième étage :: Salle sur Demande-
Sauter vers: