AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Intrigues & Event :

Intrigue N°1 :
Au delà des rivalités

Intrigue N°2 :
Déménagement et Remue Ménage
Novembre 1996:

Début du mois :

Premier match de Quidditch
(Gryffondor contre Serpentard)

Fin du mois :

Deuxième match de Quidditch
(Poufsouffle contre Serdaigle)


Partagez|

a lion still has claws, (ginny)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


Parchemins : 2940

Sablier : 0

Double Compte : pomona chourave.



Convictions : l'égalité pour tous.

Associations & Clubs : batteur dans l'équipe des lions, association de quidditch, club de duel.

Matières en Option : astronomie, métamorphose, sortilèges, soin aux créatures magiques, divination, potion; dcfm.

Avatar : cody christian

Crédits : moi-même, bat'phanie (sig)

MessageSujet: a lion still has claws, (ginny) Mer 14 Fév - 18:45



( A LION STILL HAS CLAWS. AND MINE ARE LONG AND SHARP )


Loin du château et des parchemins odorants, l'Irlandais pouvait enfin souffler dans les airs. Il volait tranquillement en cercle, pourfendeur des cieux, armé de sa batte  comme le dieu Thor avec son marteau. La journée avait été épuisante et ce petit entraînement improvisé était ce qu'il lui fallait pour se vider l'esprit. Les cours, les filles, les binômes, c'était un peu trop pour le lion qui préférait voler vers des horizons moins compliquées. Cette sensation de liberté, le vent dans ses cheveux, c'était tout simplement exquis. L'équipe n'étant pas au complet, seul quelques rouges étaient présents pour faire quelques passes et se défouler. Au loin, il voyait Ginny chevaucher son balai telle une valkyrie, envoyant avec force et précision le souaffle démonter les anneaux cuivrés. Un sourire aux lèvres, le lion s'échangeait un cognard énervé avec une Serena qui ne le ménageait pas. Comment de si frêles lionnes pouvaient avoir autant de force ? Non pas qu'il était du genre sexiste, au contraire, il était assez admiratif. Malheureusement, la pluie commençait à pointer le bout de son nez et l'orage grondait sa colère derrière les montagnes. Il piqua alors vers le terrain, sautant de son balai avec aisance tandis qu'il était rapidement rejoint par les autres joueurs. Le stade étant divisé en deux avec un petit groupe de serpents, Madame Bibine était en train de s'occuper d'eux tandis que le lion observait les verts se faire des coups bas entre eux. Pathétique. Il se hâta de récupérer les balles pour les ranger silencieusement en compagnie de Ginny, les autres ayant déjà quitté le terrain pour rejoindre les vestiaires et retrouver la chaleur de la salle commune.

L'arbitre absente, les serpents décidèrent de descendre sur le terrain afin de déverser leurs venins — provocateurs comme d'habitude. Un des batteurs profita que la jolie rousse avait le dos tourné pour lui envoyer avec mépris un cognard assassin. Réactif, Seamus dévia la balle avec sa batte pour ne pas voir son amie finir la journée à l'infirmerie. Blasé et énervé, il se tourna alors vers les deux idiots, les doigts serrés sur le manche de sa batte. « Sérieusement ?! » gueula alors l'irlandais qui tenait son balai dans une main et son instrument qu'il abandonnait sur l'herbe pour ne pas céder à la tentation de les exploser avec. Si il y avait bien un moment où il fallait pas venir l'emmerder, c'était sur un terrain de Quidditch. Le seul moment sympa de sa journée profané par la présence de deux débiles qui devaient s'ennuyer. Il se tourna alors vers Ginny pour voir si elle allait bien tandis que deux verts s'approchaient des deux félins. « Tu protèges bien ta chérie Finnigan ! Foutez le camp maintenant, le terrain est pour nous. » Un gros et un maigrichon, absolument ridicule comme duo. D'une nature impulsive, le rouge s'approcha alors de l'idiot qui venait de lui parler sous les rires du second serpent qui l'accompagnait. Seamus se mêla faussement aux esclaffes des deux abrutis  pour se moquer d'eux, poussant ensuite en arrière le plus massif des deux pour qu'il se tire. « Dégages si tu souhaites pas goûter au manche de mon balai ! Et dans le sens de la longueur si tu vois ce que je veux dire. » Il faisait évidemment référence à son gros postérieur. Comment un si chétif bout de bois pouvait supporter un gros tas comme lui ? Cette vermine devait être alourdi par le poids de ses conneries. Le serpent poussa ensuite Finnigan et le début des problèmes commencèrent. Nerveux, Seamus fit manger la brosse de son balai dans la gueule du reptile tandis que le second venait se mêler à l’altercation avec lâcheté, baguette en main et prêt à jeter un maléfice au lion qui avait le dos tourné et qui venait de se manger un coup de poing.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 1939

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright



Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Myo chou <3

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Ven 16 Fév - 9:00

a lion still has claws
ft Seamus
Terrain de Quidditch.

Rien que ces trois petits mots suffisaient à donner le sourire à Ginny. Ajouter aussi « balais », « entrainement », « poursuiveur », et la jeune rouquine pouvait vous sourire de façon totalement niaise, tant sa passion pour ce sport était grande. Elle aimait voler. Elle aimait ce jeu. Elle aimait ce sentiment de liberté qui l’étreignait quand elle fonçait la tête la première en direction des buts, le souaffle sous le bras, des idiots derrière elle, essayant vainement de la rattraper. Elle aimait cette impression d’être invincible ! Jamais elle n’avait peur au Quidditch, et pourtant, c’était une discipline très dangereuse. Une chute, un cognard en pleine tronche… et pourtant, pourtant ! Ginny était là, filant telle une amazone, déterminée à marquer un maximum de point, et à braver tous les dangers. Plus les années passaient, plus la jeune Weasley tentait de nouvelles figures. Elle observait ses joueurs préférés lors des matchs, lisait des magazines. Elle s’entrainait parfois seule, en cachette. Bref, elle se donnait à cent pour cent.

Malheureusement, ce jour-là, la pluie se mit à tomber de façon plutôt tenue, poussa la jeune fille à interrompre son entrainement plus tôt que prévu. Avec un soupire de déception, Ginny du se diriger vers le sol où les autres joueurs de son équipe remballaient déjà. Elle avait réussi à ignorer les idiots décérébrés qui partageaient le terrain avec eux. Elle comptait bien continuer ainsi jusqu’à ce qu’elle retourne au château. Une fois à terre, elle se mit à ranger les accessoires, avec l’aide de Seamus, alors que les autres avaient déjà pris la poudre d’escampette. « Sympa les potos »

Penchée au-dessus de la caisse, elle ne vit pas le cognard lui arriver droit dessus, pas plus qu’elle ne suspecta l’aura malveillante des serpentard à son encontre. Fort heureusement pour elle, son ami Seamus était là, et d’un coup de batte habille, il dévia la balle de sa trajectoire, lui évitant de graves blessures.  « Sérieusement ?! »  La voix de l’irlandais suivit de quelques secondes le bruit sourd provoqué par la batte contre le cognard. Ginny se redressa rapidement, toute son attention fixée à présent sur les idiots qui étaient en train de les rejoindre. Deux verts-argents. « Tu protèges bien ta chérie Finnigan ! Foutez le camp maintenant, le terrain est pour nous. »  En quelques secondes, la rouquine comprit enfin la situation, et ne put que remercier silencieusement son ami de l’avoir protégé. Elle n’aimait pas vraiment la façon dont les deux autres se moquaient d’eux, employant de surcroit le mot tabou : chérie. Mais spontanément, elle se rapprocha de Seamus, prête à en découdre s’il le fallait.

Ce n’était pas étonnant que les serpents aient attendu que Madame Bibine s’absente du terrain pour verser leur venin. Ces types étaient viles, mais surtout lâches. La preuve : ils l’avaient attaqué alors qu’elle avait le dos tourné.  « Dégages si tu souhaites pas goûter au manche de mon balai ! Et dans le sens de la longueur si tu vois ce que je veux dire. »  Un rire s’échappa des lèvres de Ginny, rire qu’elle ne prit pas la peine de masquer, voulant délibérément vexer le gros lard qui se trouvaient devant eux. Finnigan s’était rapproché d’eux en quelques enjambés. La rouquine sentait qu’il suffisait d’une seule brindille pour allumer un feu. Et elle n’eut pas tort. Le balai de son camarade atteignit le visage du reptile, provoquant un bruit assez significatif. Le nez de l’idiot venait de se fracturer. Le sourire amusé de la rouquine disparut alors qu’elle avisait le deuxième serpentard, baguette en main, prêt à jeter un sortilège contre Seamus. Spontanément, Ginny attrapa la sienne dans la poche de sa tunique de Quidditch, et la tendant devant elle d’un geste précis, se mit à crier : « Chauve-furie ! »  

Aussitôt, des chauves-souris géantes apparurent au bout du morceau de bois et se jetèrent en avant, attaquant le serpentard gringalet qui avait osé s’en prendre à Seamus. Ce dernier venant de se prendre un coup de poing, avait reculé de quelques pas, se rapprochant de nouveau d’elle. La mâchoire serrée, Ginny tourna sa baguette en direction du gros, prête à s’occuper de lui à son tour. Son camarade était déjà loin, criant alors qu’il se faisait courser sans pitié par les créatures hurlantes.

« Par le slip de Merlin ! »
La voix aigüe de Madame Bibinne retentit derrière eux, et Ginny baissa immédiatement sa baguette, les lèvres pincées. Une main sur l’épaule de Seamus, elle s’enquit de son état. Ce dernier n’allait hériter que d’un vilain coquart. Son œil droit commençait déjà à gonfler, mais ce n’était rien comparé au nez plein de sang de son adverse. « Non mais vous vous croyez où ?! »  Continuait la sorcière, à présent arrivée à leur niveau. Au loin, les cris de l’abruti résonnaient toujours, faisant soulever de façon intentionnelle les lèvres de Ginny. « Bien fait pour toi… »  chuchota t-elle, fière de son maléfice. L’arbitre intervint pour annuler le sortilège et hurla à l’attention de l’élève pour qu’il les rejoigne immédiatement. Quand les quatre élèves furent réunis, aucun d’entre eux ne faisait le malin. Ginny était la seule à ne pas être blessée, mais elle n’en menait pas large. Son sort fétiche la trahissait, Bibine ne doutait pas un instant de son intervention. Pendant de longues minutes, les joueurs de Quidditch durent écouter son sermon. La rouquine, tête baissée, marmonnait dans sa barbe. Foutus serpents ! Encore une fois, leur perfidie les avait poussés à réagir et se défendre. Résultat, ils se retrouvaient de corvée de nettoyage.

Quelques minutes plus tard.

Ginny lança son brassard de quidditch d’un geste rageur sur le banc du vestiaire. Récurer les vestiaires du sol au plafond. Voilà leur punition. Pour s’être juste défendu. Un bruit de métal leur annonça que le nécessaire à laver venait de faire son apparition sur le pas de la porte. Les deux gryffondor ne pouvaient pas rentrer avant d’avoir tout finis. Plus vite, ils s’y mettraient, plus vite ils pourraient prendre une douche et rentrer. Ginny était glacée. Encore toute transpirante de son entrainement, et mouillée par la pluie, elle préféra retirer la première couche de vêtement qui la recouvrait, se retrouvant en simple pantalon et t-shirt rouge et or. Après quoi, elle se tourna vers Seamus. Il avait l’air aussi ravi qu’elle…

Le silence s’installa. Quelques secondes passèrent, alors que tous deux se fixaient sans rien dire. Un instant, Ginny eut un flash-back d’une soirée arrosée, l’année précédente. Elle secoua la tête pour le faire disparaitre, et attrapant le balais à sa gauche, parla pour briser le silence un peu pesant : « Merci Seamus… de m’avoir protégée tout à l’heure… »


code by bat'phanie





Compte en Stase/Stand By jusqu'à fin juin.

Pour toute question d'ordre administratif, merci de vous diriger vers Theodore Nott & Briseis Avery ;;
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2940

Sablier : 0

Double Compte : pomona chourave.



Convictions : l'égalité pour tous.

Associations & Clubs : batteur dans l'équipe des lions, association de quidditch, club de duel.

Matières en Option : astronomie, métamorphose, sortilèges, soin aux créatures magiques, divination, potion; dcfm.

Avatar : cody christian

Crédits : moi-même, bat'phanie (sig)

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Ven 16 Fév - 17:10



( A LION STILL HAS CLAWS. AND MINE ARE LONG AND SHARP )


Le ciel s'était assombri, apportant avec lui la pluie et les problèmes. L'orage commença à chanter sa colère derrière les montagnes, mais ses éclats n'étant pas aussi destructeurs que la rage du Gryffondor envers les deux serpents. Il ne tolérait pas qu'on s'en prenne à ses amis et encore moins avec lâcheté. La nature impulsive du sixième année l'avait poussé à répondre d'une manière assez agressive. Les brindilles de son balai ayant endommagé le gros groin de son adversaire, il ne tarda pas à lui tomber dessus comme un gros boulet de canon. Il épousa avec douleur son énorme poing, sentant son arcade sourcilière se déchirer et son œil s'enflammer. L'adrénaline venait un peu l'anesthésier, les deux étudiants se retrouvaient sur le sol, l'Irlandais au-dessus à faire brouter l'herbe à cette énorme tête de veau. Les deux s'arrêtèrent simultanément en voyant d'énormes chauves-souris fuser de la baguette de la jolie rouquine pour agresser le maigrichon qui prenait ses jambes à son cou. Seamus ne pût retenir son rire face à un tel spectacle tandis que le taureau revenait chargé le jeune lion. « Par le slip de Merlin ! » La voix de madame Bibine venait mettre fin à la bataille, Seamus se relevant tout débraillé et le sourcil ensanglanté. « Non mais vous vous croyez où ?! » Ginny s'approcha alors du rouge, posant une main sur son épaule tout en observant la blessure qu'il portait. Il lui lança un regard, sachant pertinemment qu'ils allaient dérouiller. Sous les réprimandes de l'arbitre, il remarqua l'autre élève de serpentard toujours en proie du maléfice de la rousse, étouffant son rire dans sa main. « Bien fait pour toi… » Il ne pouvait qu'être en totale adéquation avec elle, innocents et pourtant coupable aux yeux de l'enseignante. Une fois le quatuor face à la Bibine énervée, les punitions tombèrent et le vent de l'injustice balaya le duo écarlate.

Exilés dans les vestiaires pour les nettoyer, les reptiles avaient hérités des gradins et de la corvée de détritus. Profondément énervé, il donna un coup de pied dans un vieux souaffle usé par le temps. Il abandonna lui aussi sa tunique et retira son tee-shirt pour nettoyer le sang de sa plaie face à un miroir. Il grimaça un peu, s'attendant déjà à un gros coquard le lendemain. Mais pas le temps de panser ses blessures ou de se plaindre, il avait des sols à récurer. De plus, malgré la présence de l’armoire à pharmacie du vestiaire, le lion était fier de porter cette blessure de guerre. Seamus alla rapidement à son casier pour enfiler un nouveau tee-shirt et sortit sa baguette pour faire léviter les serviettes sales vers le bac à linges avec dégoût. Il préférait clairement voler sur un nimbus plutôt que d'utiliser un balai pour faire le ménage. Résigné, il commença alors à brosser avec peu d'entrain le sol du vestiaire entaché. Malgré le silence qui régnait, il en oubliait pas la présence carminée de sa comparse qui venait de retirer ses frusques trempés. Ce baiser. Il revenait souvent le hanter, ce demandant pourquoi il l'avait tant troublé. La réponse étant des plus simples, Ginny n'était plus une gamine, mais une jeune femme ravissante. Il se souvint aussi du regard désapprobateur de son ami Ron et du coussin qu'il avait mangé ensuite dans le dortoir qu'ils partageaient.

« Merci Seamus… de m’avoir protégée tout à l’heure… » L'Irlandais se laissa transporté par la voix de la lionne aux éphélides enchantées, laissant ses songes de côté pour se concentrer sur un présent peu réjouissant. Il offrit un sourire amusé à la sorcière tandis qu'il se baissait pour ramasser les déchets. « Tu aurais fait la même chose pour moi. » Et même pour un inconnu. Véritable lionne, son courage était d'égal à son sens de la justice. Il était heureux de pouvoir la compter dans ses amis. « Faut vraiment que tu m'apprennes ton sort ! C'était à la fois terriblement drôle et en même temps ... J'aurais pas voulu être à sa place ! » Un rictus moqueur tandis qu'il se redressait pour vider la pelle encrassée dans la poubelle avec dédain. « Quelle bande d'abrutis. » Au moins ils étaient au chaud pour leur punition, les deux serpents se retrouvaient à l'extérieur sous la pluie, maigre satisfaction. Mais ce tête à tête le rendait un peu nerveux, ne sachant pas si il devait aborder de suite l'histoire du baiser pour crever une bonne fois pour toute cette gêne entre eux.

« Je ... Tu sais à propos de l'autre fois ? » Il grimaça alors, sa blessure venant le tirailler dans une douleur aiguë. Il essuya de nouveau le sang de sa plaie et reprit tout aussi nerveusement. « Je vois bien que ça a foutu un peu un froid. » De nouveau un flashback de ses lippes rosées contre les siennes, de sa langue caressant la sienne et des frissons parcourant son échine. Il cligna des yeux pour se sortir la scène de son esprit et reprit aussitôt. « J'espère que c'est toujours cool entre nous. » Finit-il par confesser, ne souhaitant pas voir un simple jeu mettre fin à des années de bonne entente et de rires.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 1939

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright



Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Myo chou <3

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Jeu 22 Fév - 15:38

a lion still has claws
ft Seamus

Étrangement, Seamus fut le premier à mettre la main à patte. Il devait être pressé d’en finir, et c’était bien compréhensible. Ginny n’avait pas spécialement envie de passer sa soirée dans ce lieu exécrable ! Y prendre une douche après un match ou un entrainement, ok ! Mais le récurer du sol au plafond ? C’était probablement le lieu où tous les microbes de Poudlard avaient fait leur nid. Dégoutant…

Elle gagna donc un peu de temps en remerciant son ami pour son aide, ce à quoi il lui répondit par un sourire amusé.  « Tu aurais fait la même chose pour moi. » Ginny eut une petite moue pendant quelques secondes, faisant mine de réfléchir, avant de finalement rire. « Peut-être bien… »  « Faut vraiment que tu m'apprennes ton sort ! C'était à la fois terriblement drôle et en même temps ... J'aurais pas voulu être à sa place ! » La rouquine leva un sourcil, faussement hautaine, alors qu’elle répondait : « Et perdre le monopole de ce sortilège ? Jamais ! C’est ma botte secrète ! » Elle lui tira la langue, ajoutant : « Mais j’avoue… C’était vraiment drôle ! Et il le méritait ! » Ils étaient bien d’accord la dessus. Les serpentard n’avaient jamais eu un QI très élevés, mais ces deux-là les battaient tous à plate couture. N’importe quoi…  « Quelle bande d'abrutis. » « C’est bien le synonyme de "Serpentard" "abrutis", non ? »  Elle secoua la tête en repensant à ce qui s’était passé. Elle avait toujours du mal à comprendre le comportement de ces idiots. Ok, les lions et les serpents étaient ennemis depuis des siècles. Mais toujours - TOUJOURS ! - les serpents étaient ceux qui initiaient les coups bas, et les menaces (voilées ou non). Comment les gryffondor pouvaient rester indifférents ? Ils étaient réputés pour être courageux, il était donc évident qu’ils ne pouvaient pas rester sans rien faire face à de telles attaques.
Un soupire s’échappa de ses lèvres. Il était temps qu'elle mette la main à la patte et prête main forte à son amie. Elle attrapa un balai et entreprit de commencer à nettoyer le sol. Seamus était occupé à jeter les déchets. Le silence s’installa de nouveau entre eux, et le souvenir de cette nuit-là revint à leur mémoire, probablement au même moment.  « Je ... Tu sais à propos de l'autre fois ? » Ginny stoppa son geste, et releva la tête. A quelques pas de là, Seamus grimaçait, visiblement mal à l’aise. Ou bien était-ce à cause de sa blessure qui lui faisait mal ? Ginny hésitait à le rejoindre pour y jeter un coup d’œil. Toutefois, le sujet qu’il venait d’aborder était plutôt…épineux. Il valait mieux garder un peu de distance pour le moment. Elle se redressa, s’appuya sur le balai et se racla un peu la gorge pour se donner contenance.  « Je vois bien que ça a foutu un peu un froid. »

Jeter un froid n’était peut-être pas la meilleure expression, mais oui. Depuis ce qui s’était passé, leur relation avait changé. D’habitude, lorsque vous finissiez trop éméchée après une soirée de beuverie, vous n’en gardiez que peu de souvenirs. Je vous arrête tout de suite ! Ginny n’est pas une alcoolique ou une habituée des beuveries. Elle aime faire la fête, passer du bon temps avec ses amis. Mais elle ne tient pas beaucoup l’alcool. Aussi, dès qu’elle boit un verre ou deux, ses inhibitions naturelles disparaissent, et elle peut faire un peu n’importe quoi. Ce soir-là, c’est le jeu de la bouteille qui l’avait poussé dans les bras de Seamus. D’autres s’étaient prêtés au jeu et cela n’avait pas posé de problèmes. Mais eux… ils avaient peut-être poussés le baiser un peu trop loin. Il avait duré longtemps, trop longtemps pour certains. Ginny se souvenait encore du contact de ses lèvres contre les siennes, de son souffle chaud, de son haleine au gout de whisky pur feu.  Elle se souvenait aussi du raclement de gorge qui les avait ramenés sur terre, du feu qu’elle avait eu aux joues et de cette distance qui s’était installé entre eux depuis.

Ginny ne regrettait pas ce qui s’était passé. Pourquoi l’aurait-elle fait ? Cela aurait été purement hypocrite. Elle avait aimé ce baiser. Elle trouvait Seamus amusant, séduisant, attirant. C’était donc normal qu’un tel contact lui ait plu. Malheureusement, leur passif, leur passé mais surtout leurs relations communes rendaient les choses un peu compliquées. Au fond, ils savaient tous les deux qu’ils n’étaient pas amoureux l’un de l’autre, et que ce n’était rien de sérieux. Ils savaient à quoi s'en tenir. Ce qui était bizarre, c’était de se retrouver seuls tous les deux. C’était d’affronter le regard suspicieux de Ron dès qu’ils s’adressaient la parole. C’était les remarques moqueuses de certains camarades qui, malheureusement, s’en souvenaient aussi.   « J'espère que c'est toujours cool entre nous. »

Ginny eut un sourire aux lèvres. Cette expression...la façon dont il le disait, c'était adorable. Elle pencha la tête sur le côté et répondit : "C'est cool. " tout simplement. Pouvait-il vraiment en être autrement ? Elle ne voulait pas perdre son amitié. Elle ne voulait pas continuer à être gênée sans cesse en sa présence. Elle voulait retrouver cette insouciance, cette ambiance, ce sentiment qu'elle avait quand ils se moquaient de quelqu'un ou partageaient des anecdotes sur le quidditch. Comme avant. Elle ajouta donc pour le rassurer : "C'est vrai que les choses ont un peu changé depuis. J'ai l'impression que Ron manque d'exploser à chaque fois qu'on se parle... mais bon !" Elle haussa les épaules. "C'est Ron ! On pouvait pas s'attendre à autre chose de sa part. Il va s'en remettre !" Elle fit mine de reprendre sa corvée, et ajouta, l'air de rien : "De toute façon, c'est pas comme si tu étais un bon coup ! C'était le piiiiire baiser de ma vie !" Elle pouffa pour marquer ses paroles, preuve également qu'elle n'en pensait pas un mot. Elle voulait juste détendre l'atmosphère.
code by bat'phanie





Compte en Stase/Stand By jusqu'à fin juin.

Pour toute question d'ordre administratif, merci de vous diriger vers Theodore Nott & Briseis Avery ;;
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2940

Sablier : 0

Double Compte : pomona chourave.



Convictions : l'égalité pour tous.

Associations & Clubs : batteur dans l'équipe des lions, association de quidditch, club de duel.

Matières en Option : astronomie, métamorphose, sortilèges, soin aux créatures magiques, divination, potion; dcfm.

Avatar : cody christian

Crédits : moi-même, bat'phanie (sig)

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Ven 23 Fév - 15:52



( A LION STILL HAS CLAWS. AND MINE ARE LONG AND SHARP )


Exilés au fin fond des vestiaires crasseux, les deux félins acceptaient leur punition, résignés. Peu enclin à aller quémander auprès de Madame Bibine à la sévérité qui n'était plus à présenter. Entre la douleur de sa blessure et la gêne que lui infligeait la rouge et or, l'irlandais ne savait plus où donner de la tête. Néanmoins, il ne pouvait pas s'empêcher de sourire à la répartie cinglante de son amie, préparant déjà dans un coin de son esprit sa future revanche contre les serpents. C'était dans leur nature de venir chercher les ennuis, guettant le meilleur moment pour venir cracher leurs venins, de la manière la plus lâche possible en général. Seamus n'était pas du genre a provoquer gratuitement les reptiles, préférant dépenser son énergie de façon plus significative et positive, avec ses amis. Occupé à ramasser les déchets honteusement abandonnés par les joueurs, il usait de sa baguette pour envoyer valser les détritus vers la poubelle. Il jeta alors un regard à sa co-détenue qui s'activait de son côté, l'observant amusé passer le balai tandis qu'elle était plus du genre à les chevaucher et a briller dans les hauteurs des cieux dont elle était la déesse impétueuse. Toujours silencieusement admiratif de ses exploits sportifs, il l'imaginait sans mal faire une future carrière dans le Quidditch d'ici quelques années. Mais pour le moment, ils étaient coincés ici sans la perspective de pouvoir fuir. Bibine avait été très clair, hors de question de quitter les vestiaires tant qu'ils ne brilleraient pas de nouveau. Foutu serpents. Néanmoins il était fier d'avoir péter le nez au gros débile qui l'avait provoqué, s'attendait déjà à devoir rendre des comptes un peu plus tard à sa directrice.

Seamus poussa alors un soupire pour manifester son désarroi, observant l'aiguille de l'horloge faire une ronde atrocement longue et silencieuse. Debout à la regarder nettoyer le sol, il décida de ressortir du placard cette épique soirée. Non pas pour la mettre mal à l'aise, il souhaitait juste éclaircir la situation avec elle. Encore aujourd'hui, il ne savait pas pourquoi ce baiser avait duré si longtemps et pourquoi il avait un arrière goût de paradis. L'alcool y étant fortement pour quelque-chose, ils n'étaient qu'après tout deux adolescents insouciants qui avaient joués, sans se soucier des conséquence sur leur amitié. Après son monologue maladroit, il eut le droit aux lippes amusées de la rouquine, se détendant alors qu'il reprenait en même temps ses travaux forcés. "C'est cool. " Soulagé de l'entendre, il lui rendit son sourire tout en sentait ses muscles se détendre enfin, moins crispé. "C'est vrai que les choses ont un peu changé depuis. J'ai l'impression que Ron manque d'exploser à chaque fois qu'on se parle... mais bon !" Le rouge laissa entendre un rictus, repensant alors au frère de la sorcière qui avait failli étriper l'Irlandais après. Il continuait d'ailleurs de le regarder lorsque le pyromane venait rôder autour de la jeune lionne. "C'est Ron ! On pouvait pas s'attendre à autre chose de sa part. Il va s'en remettre !" Finnigan hocha alors la tête, ne pouvant que être d'accord. Que ce soit lui ou un autre garçon, le rouquin montrait les crocs dès lors qu'un mâle venait traîner un peu trop de près de sa petite sœur. Dans un sens il pouvait le comprendre, si il avait eu une sœur aussi adorable et jolie que Ginny, il aurait eu du soucis à se faire. « Attends moi je partage son dortoir, t'imagines même pas la dose qu'il m'a mise après !» Un rire tandis qu'il se baissait pour ramasser sa pelle afin d'y vider le contenu crasseux dans la poubelle. « Tant mieux si ça change rien entre nous. Mais je peux pas m'empêcher d'éprouver de la culpabilité vis à vis de Erik.» Ce baiser alcoolisé avait eu des répercussions assez dramatique, se sentant encore responsable malgré le temps qui était passé. Un sujet qu'il voulait pas trop remettre sur le tapis, mais il préférait la franchise aux non-dits.

"De toute façon, c'est pas comme si tu étais un bon coup ! C'était le piiiiire baiser de ma vie !" Seamus se redressa alors, affichant un regard faussement hautain en croisant les bras sur son torse. « Déconnes pas ! Il valait au moins un Optimal mon baiser ! Voir un effort exceptionnel parce-que j'étais arraché ! » Alcoolisé mais pas amnésique, il se souvenait très bien du goût brûlant de ses lippes insolentes. Un moment certes gênant, mais dont au final, ne le regrettait absolument pas. Expérience adolescente à jamais marqué dans sa mémoire. « Par contre mon premier baiser était juste minable. Je me souviens l'avoir faite pleuré parce-que je lui avait demandé si elle avait mangé Coréen avant de m'embrasser. J'ai eu le droit à une belle gifle ! » L'Irlandais se mit alors à rire tandis qu'il tombait sur une vieille chaussette crasseuse qu'il faisait léviter du bout de sa baguette, écœuré. « Tu crois que si je t'offre ce vêtement tu seras une sorcière libre ? Bien qu'il sera plus utile comme ingrédient pour un filtre de mort vivante. »  Il grimaça et l'envoya dans la poubelle tout en se laissant un instant choir un des bancs. Sa tête commençant légèrement a tourner.  « Sinon Malfoy te rends pas trop la vie dure ? Parce-que moi avec Greengarce, j'ai l'impression que je ne vais pas survivre. Elle me hait. »  Un rire tandis qu'il repensait à la soirée où ils avaient apprit qu'ils feraient équipe pour le reste de l'année. Il préférait mille fois ressentir de la gêne face à Ginny que de devoir passer une heure en compagnie de la vipère. « Elle va être magique cette année je le sens. »  Elle commençait déjà avec une punition, c'était tout simplement magnifique. Il lui offrit un regard légèrement blasé tandis que la pluie continuait de tomber à l'extérieur, à jamais prisonniers de vestiaire poisseux.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 1939

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright



Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Myo chou <3

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Mar 27 Fév - 11:41

a lion still has claws
ft Seamus

C’était presque amusant de voir le visage de Seamus changer en une fraction de seconde, et voir son attitude se détendre. Ginny s’en voulait d’être à l’origine de son malaise, même si elle avait conscience de ne pas être coupable à part entière. C’était ce stupide jeu aussi. Pourquoi inventer un tel truc ? Et le nommer « le jeu de la bouteille » ? Honnêtement, ils auraient dû l’appeler « Le jeu qui sème le trouble parmi les élèves et peut casser des couples ». Couples en devenir, ou couple déjà formé. Ginny avait préféré parlé de la réaction de Ron, plutôt que d’évoquer Erik. Eriksen avait été son petit ami pendant plus d’un an. Son premier petit copain. Cependant les caractères de chacun, les amis du gryffon, et ce petit épisode alcoolisé tout ceci s’était accumulé à d’autres points négatifs… La possessivité du garçon avait été mise à rude épreuve, et quelques semaines après cette soirée festive, Ginny et lui avaient rompu. La rouquine n’avait jamais tenu Seamus pour responsable. Elle ne s’était pas non plus sentie coupable. Enfin, peut-être juste un peu. Ce soir-là, elle n’était clairement pas dans son état normal. Ce n’était pas une excuse, certes, mais elle et l’irlandais s’étaient juste prêté au jeu. Malheureusement, Erik, qui n’avait pas été témoin de la scène, mais dont les amis avaient tout rapportés – et surement déformés- avait très mal réagis. Il s’était mis à se comporter différemment. Il la regardait différemment. Il ne lui faisait plus confiance. Déjà avant, leur relation commençait à battre de l’aile. Ginny ne comprenait pas pourquoi il était si différent en présence de ses deux acolytes et lorsqu’ils n’étaient que tous les deux, en amoureux. Ce baiser avait été la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase, mais il n’était pas « à l’origine » de la rupture. Ginny réalisait aujourd’hui à quel point Seamus avait dû se sentir coupable. Elle s’en voulait de ne pas avoir pu s’expliquer avec lui plus tôt, pour soulager sa conscience. D’ailleurs, les paroles de ce dernier vinrent lui confirmer qu’il avait gardé ça en tête tout du long.    « Tant mieux si ça change rien entre nous. Mais je peux pas m'empêcher d'éprouver de la culpabilité vis à vis de Erik.»  

Ginny soupira légèrement, de regret, les yeux rivés au sol. Quel gâchis tout cela avait été. Aujourd’hui, ses échanges avec Eriksen s’étaient un peu améliorés. Ils étaient passés tous les deux à autre chose. Ils ne ressentaient plus qu’un énorme regret face à leur histoire qui s’était révélée être un véritable fiasco. Pour autant, elle ne regrettait rien. Elle avait aimé Erik, il avait été son premier garçon, et ça, elle ne le changerait pour rien au monde. Après des mois à se regarder en chien de faïence, à éviter de se parler, ils avaient finis par tourner la page. Heureusement ! Car les deux jeunes gens faisaient partis de l’équipe de Quidditch. Ginny s’en serait voulu si en plus cela avait semé la zizanie dans le groupe. « Ne t’inquiètes pas Seamus. Tu t’es excusé auprès de lui, même si tu n’étais pas fautif. Et puis…non, ce n’est pas ta faute. C’était entre lui et moi. On se serait quitté d’une façon ou d’une autre. Ce baiser n’a fait qu’avancer son échéance. »   Elle croisa son regard et maintint le contact pour lui montrer qu’elle était sincère. Il ne devait pas en douter, mais elle tenait à le lui montrer tout de même. Pour ne pas s’attarder sur un sujet qui lui laissait encore tellement de regrets (vis-à-vis d’Eriksen, pas de Seamus), Ginny changea de sujet, et détendit l’atmosphère en sous-entendant que ce baiser avait été le pire de sa vie. Comme prévu, le gryffondor réagit au quart de tour, en bon mâle fier et arrogant qu’il était.  « Déconnes pas ! Il valait au moins un Optimal mon baiser ! Voir un effort exceptionnel parce-que j'étais arraché ! »   « Je savais que tu allais justifier ta piètre participation à cause de l'alcool ! » Elle lui tira la langue, forçant volontairement sur le côté gamin de sa répartie, alors que son corps était parcourus de secousse provoquées par son rire contenu. La réplique suivante de son ami n’arrangea pas les choses :   « Par contre mon premier baiser était juste minable. Je me souviens l'avoir faite pleuré parce-que je lui avait demandé si elle avait mangé Coréen avant de m'embrasser. J'ai eu le droit à une belle gifle ! »   « Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Tu as autant de tact que mon frère quand il s’agit de filles… tu aurais beaucoup à apprendre, je crois ! »   Ginny imaginait facilement la scène, et la réaction de la dite petite copine. Aurait-elle réagi de la même façon ? Probablement pas. Elle pensait même qu’elle aurait été du genre à se moquer de Seamus et lui retournant le compliment.

En face d’elle, Seamus continuait sa corvée, et elle se rendit compte avec honte qu’elle s’était arrêtée depuis plusieurs minutes, trop occupée à lui parler. Pour une fois, elle causait du tort à l’adage qui disait que les filles pouvaient faire deux choses à la fois. Le balai reprit sa course sur le sol. Elle aperçut la chaussette sale tendue par Seamus et eut une grimace dégoutée avant même qu’il ne lui demande :  « Tu crois que si je t'offre ce vêtement tu seras une sorcière libre ? Bien qu'il sera plus utile comme ingrédient pour un filtre de mort vivante. »   Ginny fit mine de vomir en secouant la tête. « Je préfère renoncer à ma liberté que de toucher à ce truc répugnant ! Vu l’odeur, elle doit appartenir à Ron... »   Arrivée près de la zone de douche, Ginny reposa le balais. Il restait cet endroit à laver, mais comme il s’agissait d’une zone super humide, recouverte de carrelage, un balai était hors de question. Une idée lui vint à l’esprit. Attrapant sa baguette, elle jeta un coup d’œil à l’intérieur des douches, et d’un geste de la main, déclencha tous les pommeaux de douche. Là, elle fronça les sourcils : « Tu connais un sort pour faire apparaitre du savon ? Ou un autre truc qui  nettoie ? »   Elle regrettait presque de ne pas avoir apporté avec elle un savon sauteur, vendu habituellement chez Zonko. Elle finit par aller fouiller ses propres affaires pour sortir son gel douche. « Tant pis, ça sentira le produit de fille… »   Mais arrivés devant les douches, elle marqua une pause : « Mince… est-ce que ça vaut le coup de laver alors qu’on doit encore y passer juste après ? Ou tu voulais prendre ta douche au dortoir ? »   Elle laissa tout en plan. Assis sur un banc de son côté, Seamus abordait à présent un autre sujet sensible. Celui des binômes.

« Sinon Malfoy te rends pas trop la vie dure ? Parce-que moi avec Greengarce, j'ai l'impression que je ne vais pas survivre. Elle me hait. Elle va être magique cette année je le sens. »   « Greengarce ? J’aime bien ce surnom, je trouve que ça lui va bien. »   Elle fit bouger ses sourcils de façon comique pour appuyer ses dires. Après quoi, elle s’assit à son tour sur un banc, laissant ses jambes tomber, tendues, devant elle, dans une position peu féminine. Là, elle poussa un énorme soupire à fendre l’âme. « Malfoy… c'te fouine arrogante… il joue l’hypocrite dès qu’on est en présence d’un professeur, alors je joue le jeu. Ça en est presque écœurant de faire le faux-cul comme ça… mais je ne devrais peut-être pas me plaindre. Il doit y avoir bien pire… »   Petite pause. « Non, en fait, j’ai du tirer le pire du lot ! »  
code by bat'phanie





Compte en Stase/Stand By jusqu'à fin juin.

Pour toute question d'ordre administratif, merci de vous diriger vers Theodore Nott & Briseis Avery ;;
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2940

Sablier : 0

Double Compte : pomona chourave.



Convictions : l'égalité pour tous.

Associations & Clubs : batteur dans l'équipe des lions, association de quidditch, club de duel.

Matières en Option : astronomie, métamorphose, sortilèges, soin aux créatures magiques, divination, potion; dcfm.

Avatar : cody christian

Crédits : moi-même, bat'phanie (sig)

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Jeu 1 Mar - 18:46



( A LION STILL HAS CLAWS. AND MINE ARE LONG AND SHARP )


Prisonnier des vestiaires en compagnie de la fougueuse lionne, Seamus accomplissait les tâches ingrates confiées par une Bibine furieuse, perdu entre les mots de Ginny et son balai brosse miteux. La sorcière avait réussi à lui faire oublier sa blessure à l’arcade, tandis qu'ils replongeaient tous les deux dans un passé pas si lointain. Un baiser, de l'alcool et des problèmes. L'innocence d'un jeu insouciant qui avait conduit la relation de la rouquine tout droit aux oubliettes. Il s'était toujours senti coupable vis à vis d'elle et de Erik qu'il avait toujours apprécié. Avec du recule, il se demandait si il aurait pu agir différent, décoller ses lèvres charmées de celles de la Weasley. Il ne sait toujours pas pourquoi ce fût si brûlant et intense dans son esprit, n'étant qu'au final un simple adolescent faible face à certaines beautés. Il n'était pourtant pas amoureux d'elle, il en était certain. Pourquoi gâcher une belle entente avec des sentiments ? C'était tout simplement l'alcool, le contexte et les hormones. Il était peut-être encore trop tôt dans sa tête pour pouvoir en parler et en rire librement, encore gêné face à la rouge et or. Pourtant, après avoir avoué sa culpabilité, il se sentait plus léger. Il avait traîné ce poids sur sa conscience bien trop longtemps à son goût, pensant naïvement que le temps allait l'aider à oublier. L'Irlandais faisait parti de cette minorité de gens bien trop honnête pour pouvoir vivre avec ce genre d'état d'âme. « Ne t’inquiètes pas Seamus. Tu t’es excusé auprès de lui, même si tu n’étais pas fautif. Et puis…non, ce n’est pas ta faute. C’était entre lui et moi. On se serait quitté d’une façon ou d’une autre. Ce baiser n’a fait qu’avancer son échéance. »  Le sourire mutin de l'Irlandais fût voiler par un brin de tristesse vis à vis de cette relation désormais enterrée. Un brin ignard, il n'était pas un expert en amour, n'ayant jamais vraiment connu de relations sérieuses, bien trop immature pour ça les années précédentes. Muet, il se contenta de hocher la tête et de reprendre silencieusement son ménage, sans réelles motivations.

Néanmoins, après avoir pu vider ses regrets auprès de la sorcière, il sentit un peu la gêne se dissiper pour laisser place à ce qui liait vraiment ces deux adolescents — l'amitié et la complicité. Ginny et Hermione étaient véritablement des amies pour lui, avec qui il n'avait pas peur de se confier ou se montrer vulnérable. Il y avait aussi Luna avec qui il aimait beaucoup partager, aimant plus que tout cette famille de coeur qu'il avait adopté depuis des années déjà. « Je savais que tu allais justifier ta piètre participation à cause de l'alcool ! » Il avait ri, prenant un air faussement outré avant de se re-concentrer sur ses tâches ménagères tout en lui racontant ses exploits miséreux avec la gente féminine.   « Pourquoi ça ne m’étonne pas ? Tu as autant de tact que mon frère quand il s’agit de filles… tu aurais beaucoup à apprendre, je crois ! » Certainement ! Il ne perdait pas son sourire amusé, repensant à ses nombreuses bourdes auprès des demoiselles. Mieux valait qu'elle ne sache pas tout ! Dans les recoins crasseux du vestiaires, des vieilles reliques puantes oubliées depuis des décennies comme cette immonde chaussette qu'il faisait léviter au-dessus de la poubelle. « Je préfère renoncer à ma liberté que de toucher à ce truc répugnant ! Vu l’odeur, elle doit appartenir à Ron... » Seamus éclata de rire sous l'expression faussement nauséeuse de la sorcière, jetant le linge crasseux dans les profondeurs de la poubelle, songeant même à y mettre le feu. Il suivit du regard la sorcière qui se dirigeait avec son balai vers les douches tandis qu'il planquait la poussière dans les recoins, un vrai homme de ménage. « Tu connais un sort pour faire apparaître du savon ? Ou un autre truc qui  nettoie ? » Il s'arrêta alors en rejoignant la rousse près des cabines, se grattant la tête tandis qu'il réfléchissait. « Tant pis, ça sentira le produit de fille… » L'Irlandais s'approcha alors de la sorcière qui tenait son gel douche dans sa main, haussant les épaules sans protester. «Ca sentira toujours meilleurs que après notre passage ! Suis pas vraiment un expert en sortilèges ménagers ! Mais tu peux essayer Récurvite ou Tergeo j'crois.» Comme quoi le sorcier n'était pas aussi nul que ses nombreux sorts ratés. Tout étant un problème de concentration et d'impulsivité chez lui. « Mince… est-ce que ça vaut le coup de laver alors qu’on doit encore y passer juste après ? Ou tu voulais prendre ta douche au dortoir ? » Seamus suivit du regard la sorcière qui allait s'échouer sur un banc, laissant tomber son balai pour l'imiter en poussant un soupire lasse tout en réfléchissant intensément à sa question. Il imaginait déjà Rusard jubiler à l'idée de ne pas devoir venir passer la serpillière dans les vestiaires, tendant ses jambes et croisant ses chevilles. Il ne comptait plus bouger maintenant, c'était mort.

« Greengarce ? J’aime bien ce surnom, je trouve que ça lui va bien. » La conversation s'orienta vers les binômes, pouffant un instant en l'observant jouer avec ses sourcils. Il était plutôt fier de ce surnom, il épousait parfaitement cette vipère glaçante et hostile qu'il allait devoir supporter tout au long de l'année. « Malfoy… c'te fouine arrogante… il joue l’hypocrite dès qu’on est en présence d’un professeur, alors je joue le jeu. Ça en est presque écœurant de faire le faux-cul comme ça… mais je ne devrais peut-être pas me plaindre. Il doit y avoir bien pire… » Il grimaça légèrement, préférant de loin affronter le froid émanant de Daphne que l'arrogance transpirante du blond. Combien de fois avait-il rêvé de lui faire goûter son poing avant que Hermione puisse s'en charger lors de sa troisième années. Un sourire à cette anecdote tandis que Ginny reprenait, lasse. « Non, en fait, j’ai du tirer le pire du lot ! »  Un rire tandis qu'il imaginait sans mal la sorcière tenir à distance l'effroyable serpent. Ce n'était pas comme-ci il avait en face de lui une sorcière passive et craintive. C'est lui qui allait souffrir. « C'est maintenant ou jamais de prouver tes nobles qualités de Gryffondor face au Serpentard ! Force et honneur ma belle ! » Il lui donna un petit coup d'épaule complice tandis que son regard s'assombrissaient face à de sombres desseins venant le hanter. Un regard pour elle puis pour les sanitaires qui les attendaient. « Concernant ma douche ... Je pense que je vais la prendre ici et tu vas m'accompagner ! » Aussitôt les mots crachés, il se leva et attrapa sans mal la sorcière au poids plume pour la tirer contre son gré jusqu'aux douches qu'il actionnait du coude. Tous les deux inondés sous le jet d'eau, il rigolait tout en empêchant la lionne de s’échapper.

« Récurvite ! » D'un simple geste, sa baguette cracha alors des dizaines de bulles savonneuses qui se mirent à exploser tandis que la cabine de douche se retrouvait rempli de mousse jusqu'à la taille des deux protagonistes. Il fit mine d'être happé par une créature dans les profondeurs de la douche, se débattant faussement pour sa vie. «Au-secours ! A moi ! !» Et voila qu'il disparaissait sous l'épaisse couverture savonneuse pour n'en ressortir que quelques secondes plus tard, le savon venant réveiller la douleur de sa blessure, il en avait rien à faire. Age mental ? Indéterminé. Les problèmes ? Ils finiraient par arriver eux aussi si Bibine venait se pointer. Surtout que la mousse commençait doucement à déborder des sanitaires ...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 1939

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright



Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Myo chou <3

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Jeu 8 Mar - 12:02

a lion still has claws
ft Seamus


Les sols et affaires ayant été nettoyés et rangés, il ne restait plus que les douches à faire. Ce n’était pas l’endroit le plus glamour, ni le plus agréable à récurer d’ailleurs. Penaude, Ginny observait cette partie des vestiaires, réfléchissant à un moyen « magique » de se débarrasser de cette corvée. De mémoire, elle ne se souvenait pas d’un sort permettant de laver tout seul. Si elle le connaissait, il lui était sorti de la tête. Il faut dire qu’au Terrier, sa mère s’occupait de tout, et lorsqu’il fallait mettre la main à la pâte, les Weasley junior le faisait à l’ancienne, étant  encore mineurs, et n’ayant pas le droit d’utiliser la magie en dehors de Poudlard. Ginny pensa alors à son propre gel douche comme nettoyant, n’ayant pas mieux à proposer. Seamus s’approchait d’elle pour lui répondre : « Suis pas vraiment un expert en sortilèges ménagers ! Mais tu peux essayer Récurvite ou Tergeo j'crois.»  Mais oui ! Recurvite ! Elle le connaissait celui-là, mais l’avait totalement oublié quelques secondes auparavant. Se tapant le front du plat de la main, elle s’écria « Seamus ! Tu es un génie ! Heureusement qu’on a un cerveau pour deux ! »  Elle eut un sourire complice et moqueur. Ils savaient tous les deux qu’ils n’étaient pas les élèves les plus intelligents de Poudlard, pas même des Gryffondor. Mais pour sa part, la rouquine s’en fichait. Elle se débrouillait comme elle le pouvait. De façon objective, elle se trouvait dans la moyenne, niveau jugeote et intelligence.  Quant à Seamus…c’était une autre histoire !

Fatigue et découragement, les deux joueurs de Quidditch finirent par s’asseoir pour se reposer et discuter un peu. Sans surprise, le sujet des binomes revint sur le tapis, et les rouges se plaignirent des verts, comme toujours. Malédiction ancestrale ; haine aussi ancienne que les caleçons de Dumbledore. Ginny se surprit en train de comparer Greengarce à la fouine. Lequel des deux gagnait la compétition du serpent le plus insupportable ? La compétition était dure, mais avec exaspération, la rouquine dut avouer à voix haute que c’était elle, qui avait tiré le gros lot. Le rire de son ami emplit les vestiaires, résonnant dans la pièce carrelé. Amusée, Ginny fit toutefois mine de froncer les sourcils, faussement vexé par sa réaction. « C'est maintenant ou jamais de prouver tes nobles qualités de Gryffondor face au Serpentard ! Force et honneur ma belle ! »  La cadette Weasley leva les yeux au plafond en soupirant : « Arg ! Foutu courage des Gryffondor ! Il nous aura bien souvent mis dans de beaux draps, celui-là ! Pourquoi on se retrouve avec les qualités les plus nobles mais les plus altruistes ? J’envie presque l’égoïsme des serpents parfois ! Ça doit plus reposant pour eux… »

Elle plaisantait, mais n’en pensait tout de même pas moins. Parfois, tous ces bons sentiments, tous ces bons côtés pouvaient parfois être fatiguant pour elle. Elle faisait trop attention aux autres, tellement qu’elle s’en oubliait même. L’humeur des rouge et or baissa un petit peu. Parler des binômes n’avait pas aidé à alléger l’atmosphère. Un soupire s’échappa de ses lèvres, un peu découragée par l’année qui s’annonçait. Et on n’était encore qu’en septembre !

La voix de son ami finit par la sortir de ses pensées sombres : « Concernant ma douche ... Je pense que je vais la prendre ici et tu vas m'accompagner ! »  « Quo- ? »  Ginny n’eut pas le temps de s’interroger sur les desseins de Seamus. Celui-ci se levait déjà, une lueur inquiétante dans les yeux. Impuissante, elle se retrouva tirée en direction des douches, et ne réalisa que trop tard ce que Seamus voulait vraiment dire. Sa main agrippa le rebord du mur, en vain. « Nan Seam’ ! Même pas en rêve ! Tu- Arrrg ! »  Mais les douches étaient déjà activées, et en quelques secondes, elle se retrouva trempée de la tête au pied. Figée, les cheveux tombant sur son visage, elle ressemblait à un chien mouillé. Passée la surprise, elle tenta de se dégager, mais son ami la retenait toujours, hilare. « Espèce de - ! Tu vas le regretter Finnigan ! »  « Récurvite ! »  

Et ce fut le début de la fin ! Des dizaines de bulles savonneuses apparurent et explosèrent dans la cabine de douche, séparant les deux joueurs de quidditch. Malgré son apparente colère, l’adrénaline s’était emparée de Ginny, et son cœur battait à toute vitesse. Qui n’avait pas rêvé de se retrouver dans une situation pareille ? Tout ado gardant un semblant d’innocence enfantine rêvait de pouvoir s’amuser dans la mousse. C’était comme les bains de boules dans les parcs de jeux pour enfant moldus. A 30 ans, 40 ans, 50 ans, Ginny aurait toujours autant envie de se jeter dedans comme une idiote. Seamus était définitivement un grand gamin. Elle en eut la preuve lorsqu’il fit mine d’être happé par quelque chose, en se débattant comme un beau diable !  «Au-secours ! A moi ! !»  Ginny ne put s’empêcher d’éclater de rire, un rire franc, honnête, qui résonna dans toute la pièce. La mousse lui arrivait jusqu’à la taille et continuait d’augmenter. Elle tourna sur elle-même pour former un cercle tout autour, s’amusant ensuite à « lancer » la mousse dans plusieurs directions. « Tu es complètement barge ! »  Disait-elle, un grand sourire aux lèvres alors que Seamus continuait son numéro. Elle arrêta son petit jeu avec la mousse pour se diriger vers lui, ayant l’impression de « nager » littéralement pour pouvoir le rejoindre : « N’ayez crainte monsieur ! Me voici pour vous sauver ! Super Ginny en action ! »

Pris dans leur délire enfantin, ils ne se rendaient pas compte de l’ampleur de la vague de mousse, qui ne faisait que grandir, grandir. D’abord cantonnée dans les douches, elle avait atteint les vestiaires, et se dirigeait même vers la sortie. Les rires des deux gryffondor se faisaient à présent entendre de l’extérieur. Deux serpentard encore présent pour leur propre corvée froncèrent les sourcils à ce son. Ni une, ni deux, ils allèrent chercher le professeur Bibine. Hors de question que les rouge et or s’amusent pendant qu’eux trimaient dehors sous la pluie.

« Non mais ! Qu’est-ce que vous avez fait ?! »  Le hurlement du professeur résonna dans les cabines de douche. Seamus et Ginny se figèrent, la bouche encore ouverte de leur éclat de rire. « Par Merlin ! Même en retenue vous êtes encore capable de semer la zizanie comme des enfants de cinq ans ! »  « Oups… »  Chuchota Ginny en croisant le regard de Seam’, une grimace déformant ses traits.  « Une retenue d'une retenue, c'est possible tu crois ?» demanda t-elle dans un murmure. Elle essayait de ne pas rire, mais c'était nerveux. La situation était vraiment cocasse. La mousse finit par disparaitre petit à petit, preuve de l'intervention de Madame Bibine. Résignée, Ginny se tourna de nouveau en direction des vestiaires pour affronter l'adulte.
 
code by bat'phanie





Compte en Stase/Stand By jusqu'à fin juin.

Pour toute question d'ordre administratif, merci de vous diriger vers Theodore Nott & Briseis Avery ;;
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 2940

Sablier : 0

Double Compte : pomona chourave.



Convictions : l'égalité pour tous.

Associations & Clubs : batteur dans l'équipe des lions, association de quidditch, club de duel.

Matières en Option : astronomie, métamorphose, sortilèges, soin aux créatures magiques, divination, potion; dcfm.

Avatar : cody christian

Crédits : moi-même, bat'phanie (sig)

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Ven 13 Avr - 15:56



( A LION STILL HAS CLAWS. AND MINE ARE LONG AND SHARP )


Malgré cette foutue punition, celle-ci avait permise aux deux sportifs de régler certains non-dit entre eux. Une aubaine selon l'Irlandais dont la conscience entachée semblait se libérer peu à peu. Point du genre à faire du mal gratuitement, il avait suffit d'un innocent baiser alcoolisé pour tout faire parti en fumée. L'impitoyable feu de la rancune qui avait consumé la relation de la rousse avec Erik. Des flammes crachées dont il ne saisissait pas toujours les nuances, pyromane malgré lui. Ils pouvaient alors revenir au travail ingrat de cette retenue, noyant les réminiscences du passé dans le sceau et les produits ménagers. Il ne savait pas vraiment depuis combien de temps ils trimaient dans ces vestiaires crasseux. Un ménage sommaire, observant un instant l'état des lieux, se rendant compte à quel ils étaient peu productifs — même à deux. « Seamus ! Tu es un génie ! Heureusement qu’on a un cerveau pour deux ! » Il laissa entendre son rire tandis qu'il donnait des coups de balais sur le sol, un ton de surprise dans sa voix tandis qu'il répondait aussitôt. « C'est bien la première fois qu'on me traite de génie ! Tu peux le redire pour voir ? » Il lui tira la langue, amusé en vidant le contenu poussiéreux de sa pelle dans la poubelle. Il avait la meilleure co-détenue du monde en la personne de Ginny Weasley. Cette punition prenant des airs de récréations qui ne semblait pas déplaire à l'Irlandais, ce fouteur de trouble. Il pouvait s'en prendre qu'à lui-même de se retrouver ici, mais tout comme la lionne, le rouge n'était pas du genre à se laisser faire. Il préférait cent fois récurer des chiottes que de devoir fermer sa bouche devant l'arrogance et la bêtise des serpents. La serpillière en guise d'épée, il était même prêt à repartir pour la guerre malgré cette fichue blessure qui continuait de le tirailler.

« Arg ! Foutu courage des Gryffondor ! Il nous aura bien souvent mis dans de beaux draps, celui-là ! Pourquoi on se retrouve avec les qualités les plus nobles mais les plus altruistes ? J’envie presque l’égoïsme des serpents parfois ! Ça doit plus reposant pour eux… » Il avait ri, ne s'imaginant pas une seule seconde porter le vert et elle l'argent. Auraient-ils mal tournés si ils avaient fini chez les serpents ? Un scénario peu probable dans son esprit mais pourtant amusant. Ginny comme meilleure amie de Malfoy, lui comme amant transit de Millicent. Un rire qu'il laissa de nouveau échapper d'entre ses lèvres tandis qu'il reprenait. « Bah je pense justement que c'est le contraire. On a une fatigue saine ! Eux ils bousillent toutes leur énergie pour se moquer, rabaisser et se haïr même entre eux ... On est plutôt chanceux de pouvoir ressentir. Cela me ferait tellement chier d'être dépourvu de sentiments. » Une généralisation grossière, conscient que tous les serpents n'étaient pas comme ces idiots du terrain de quidditch. Mais il attendait juste qu'un reptile vienne lui prouver le contraire un jour.

Il préféra laisser les serpentards à l'extérieur pour se concentrer uniquement sur les possibilités d'amusements pour tuer le temps. Des yeux qui brillaient d'une lumière espiègle, sourire étiré tandis qu'il traînait la rouquine vers les douches malgré ses protestations. « Nan Seam’ ! Même pas en rêve ! Tu- Arrrg ! » Il ignorait tout simplement le refus de la belle, déjà porté par l'adrénaline de sa future connerie. « Espèce de - ! Tu vas le regretter Finnigan ! » Il riait en l'observant complètement trempée sous le jet d'eau tandis qu'il fermait un instant les yeux pour profiter de ce moment de détente. L'eau était tiède, mais elle venait anesthésier un instant sa blessure et la nettoyer. D'un coup de baguette, des grosses bulles savonneuses s'étaient mise à exploser un peu partout, créant un véritable océan de mousse dans les vestiaires. « Tu es complètement barge ! »  Il avait ri tandis qu'il continuait de mimer sa théâtrale noyade, presque convaincant malgré ses sourires joviaux. Il retrouvait ses jeunes années, soufflant la mousse sur sa main pour l'envoyer valser dans l'air. « N’ayez crainte monsieur ! Me voici pour vous sauver ! Super Ginny en action ! » Seamus éclata de rire en l'admirant nager dans les vagues blanches qui ne cessaient pas de déferler, transformant le vestiaire en une énorme mer savonneuse. Il en oublia tous ses problèmes en compagnie de Ginny, retrouvant enfin cette complicité qui lui avait tant manqué.

Toutes les bonnes choses avaient un fin, merci les serpents. Madame Bibine avait finie par revenir pour le plus grand déplaisir des deux lions complètement trempés et ensevelis sous la mousse. « Non mais ! Qu’est-ce que vous avez fait ?! » Seamus échangea alors un regard grave avec sa complice, figé tandis qu'il se mordait la lèvre pour ne pas céder à l'hilarité et aggraver leurs cas. « Par Merlin ! Même en retenue vous êtes encore capable de semer la zizanie comme des enfants de cinq ans ! » Il cherchait dans son esprit une explication qui pourrait les sauver tandis qu'il retirait la mousse de ses cheveux, le ventre encore douloureux à force d'avoir trop rigoler. « Une retenue d'une retenue, c'est possible tu crois ?» Il pouffa tandis qu'il se retournait, faussement sérieux tout en retrouvant la sévérité des yeux faucons du professeur de vol. Elle attendait une réponse qui ne semblait pas vouloir venir de la part du duo. Il prit alors la parole, mimant une fausse culpabilité. « Pardon madame, c'est de ma faute. Je voulais jeter un sort pour nous aider dans notre nettoyage puis bah ... Vous connaissez mes petits problèmes avec ma baguette ! » Les mains dans le dos, tête baissée, Bibine ne semblait pas vraiment convaincue par cette explication crachée entre deux rires. « Vous êtes meilleurs batteur que comédien Finnigan. Nettoyez moi ça et foutez le camp !  » Bibine manqua alors de glisser sur le carrelage, provoquant de nouveau l'hilarité du lion qui se retourna pour ne pas risquer de passer le reste de son année à laver les toilettes. Une fois celle-ci sortie, Seamus se tourna vers Ginny, amusé. « Tu n'as qu'à rentrer. J'vais finir ! Après tout c'est de ma faute ! » Un rire tandis qu'il retirait son tee-shirt trempé et mousseux pour l'essorer. Chaque actions stupides entraînant des conséquences désastreuses. Le voila encore sanctionné mais putain d'heureux. C'était ainsi qu'était fait Seamus Finnigan, de feu et de facéties. Toujours accompagné des meilleurs jusqu'au bout de ses conneries.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Parchemins : 1939

Sablier : 0

Double Compte : Leo Wright



Associations & Clubs : Poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch

Matières en Option : Etude des Moldus

Avatar : Bonnie Wright

Crédits : Myo chou <3

MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny) Ven 20 Avr - 8:28

a lion still has claws
ft Seamus

Debout droits comme des piquets face à une Madame Bibine en colère, Ginny et Seamus essayaient en vain de ne pas lui rire au nez. Difficile lorsque vous aviez encore l’adrénaline des quelques secondes précédentes qui coulaient dans vos veines. La rouquine avait tellement ris dans le bain de mousse qu’elle en avait mal aux zygomatiques. Malgré la réprimande du professeur, elle était heureuse, et cela se reflétait dans ses yeux. Cela faisait un moment qu’elle ne s’était pas détendue ainsi. Le début de l’année scolaire avait été chaotique, mais elle retrouvait enfin son entrain d’avant, et cela, grâce à Seamus. Ce type adorable qu’elle avait la chance de compter parmi ses plus proches amis.  « Pardon madame, c'est de ma faute. Je voulais jeter un sort pour nous aider dans notre nettoyage puis bah ... Vous connaissez mes petits problèmes avec ma baguette ! »   La rouquine lança un coup d’œil à Seamus, outré qu’il ose ainsi porter le chapeau. Elle s’apprêtait d’ailleurs à le contredire pour assumer sa propre responsabilité, mais le professeur répondait déjà : « Vous êtes meilleurs batteur que comédien Finnigan. Nettoyez moi ça et foutez le camp ! » Après quoi elle disparut des vestiaires, non sans avoir manqué de se casser la figure. Un soupir de soulagement s’échappa des lèvres de Ginny. Ils avaient échappé au pire, fort heureusement et pas grâce aux deux débiles vert argent. Mais par Merlin, ces foutus serpentards et leur langue de serpent ! Ils lui donnaient des envies de meurtre par moment… souvent… tout le temps en fait !

De nouveau seuls, Ginny se tourna vers son ami, avant de laisser ses yeux errer en direction des douches totalement dévastées par la mousse.  « Tu n'as qu'à rentrer. J'vais finir ! Après tout c'est de ma faute ! » Passant à côté de lui alors qu’il enlevait son t-shirt, la rouquine lui donna un petit coup de point sur l’épaule, agacée. « Dis pas de bêtises. Je vais t’aider à nettoyer tout ça. Solidarité entre gryffon, ça te dit quelque chose ? Et puis, tu as peut-être lancé les hostilités, mais j’ai suivis les yeux fermés. » Et cela lui avait fait un bien fou.

Rapidement, les deux rouges finirent de faire disparaitre la mousse. L’avantage, c’était que leur petite folie avait eu le mérite de nettoyer le tout. Au bout d’une dizaine de minutes, les deux joueurs purent enfin quitter les vestiaires. La nuit commençait déjà à se profiler à l’horizon. C’était la fin de journée, et le froid les accueillit ci tôt le pied dehors, les frappant de façon désagréable. Après la chaleur régnant dans des douches, la différence de température était violente. Ginny avait laissé le balai avec le reste des fournitures que l’on pouvait trouver sur le Terrain. Elle n’avait pas les moyens de s’acheter son propre balais et utilisait donc un de l’école. Le genre de balais « simple », de base, qui ne l’aidait pas franchement à faire d’excellentes prestations. Heureusement qu’elle pouvait compter sur son propre talent pour compenser tout ça. Seamus, lui, en revanche, retournait à Poudlard les mains pleines, son balai ne le quittant pas d’une semelle, et la rouquine ne put s’empêcher d’en ressentir une pointe d’envie. Un jour, un jour ! Elle pourrait s’en acheter un à elle. Un balai qu’elle ne partagerait ni avec ses six frères, ni avec la moitié de l’Ecole…

La discussion allait bon train entre les deux amis. A présent qu’ils avaient joué carte sur table à propos de ce fameux baiser, la gêne avait disparu. Cela leur permettait de s’adresser de nouveau l’un à l’autre sans la moindre équivoque, ou double sens. C’est pour cette raison que Ginny finit par mettre les pieds dans le plat, sitôt arrivés dans le grand Hall. « Et sinon ? On a beaucoup parlé de moi et d’Erik tout à l’heure, mais toi ? Comment ça se passe de ton côté ? Pas de petite amie jalouse à l’horizon ? Que je surveille mes arrières ? » Elle lui adressa un clin d’œil complice qui ne se mariait pas très bien avec le ton sérieux et inquiet qu’elle venait d’avoir. Il était loin le Seamus qu’elle avait connu lors de sa première année. Le garçon maladroit qui n’avait pas beaucoup de succès auprès des filles. Les années avaient été généreuses avec lui, et Ginny lui reconnaissait beaucoup de de charme. Elle savait de source sure que certaines de ses camarades de dortoirs fantasmaient sur lui. Il devait donc bien avoir l’embarras du choix. Et à présent qu’elle mettait le doigt dessus, Ginny devait bien avouer qu’elle était curieuse. Curieuse d’en savoir plus. Aussi, quand elle croisa son regard, après qu’il ait mis un peu de temps à répondre, elle fronça plusieurs fois les sourcils d’un air comique, pour le faire parler. « Alors ? Alors ?! Je veux tout savoir ! Tu as sept étages pour m’en dire plus ! » Sans se préoccuper des élèves qu’ils pourraient éventuellement croiser en chemin, elle passa son bras sous le sien, comme pour l’empêcher de s’enfuir.

code by bat'phanie





Compte en Stase/Stand By jusqu'à fin juin.

Pour toute question d'ordre administratif, merci de vous diriger vers Theodore Nott & Briseis Avery ;;
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: a lion still has claws, (ginny)




Revenir en haut Aller en bas
a lion still has claws, (ginny)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome Home :: Hogwarts :: Environs du chateau :: Pelouses et Terrain de Quidditch-
Sauter vers: